Tech & internet / Économie

Difficile de s'appeler ISIS: une appli américaine change de nom pour ne pas être confondue avec les djihadistes de l'EIIL

Temps de lecture : 2 min

L'application ISIS / ISIS
L'application ISIS / ISIS

ISIS n’est pas seulement l’acronyme de l’Etat islamique en l’Irak et au Levant en anglais («Islamic State of Iraq and Syria»ou «Islamic State in Irak and al-Sham», c’est selon), c’est aussi le nom d’une application américaine qui permet de payer dans des magasins en utilisant son smartphone, rapporte The Verge.

Pour ne pas créer de confusion avec sa marque, le créateur de l’application a décidé de changer de nom, il s’en explique sur le site de l’entreprise:

«Il y a quatre ans, nous avons cherché une marque qui pourrait incarner notre vision. Nous voulions un nom qui donne vie à notre compagnie et à nos valeurs. Plus que tout, nous voulions une marque qui représente la simplicité du porte-monnaie mobile que nous avons créé. Nous avons choisi ISIS. Ces dernières semaines, nous avons pris conscience des préoccupations liées au groupe dont le nom traduit en anglais et l’acronyme sont ISIS. Ce groupe a été associé à des violences sectaires contre des civils et des forces du gouvernement en Irak et en Syrie. Nous n'avons aucun intérêt à partager le même nom avec une entité associée à la violence, même si c’est une pure coïcidence. Nos pensées vont aux personnes qui ont souffert des actions de ce groupe. La compagnie a donc décidé de changer sa marque.»

Le journaliste du New York Times (ex-journaliste de Slate.com), Farhad Manjoo, ne manque pas de s’en amuser sur Twitter:

«Moi au café: acceptez-vous ISIS?»

Isis étant le nom d'une déesse égyptienne, plusieurs institutions n'ont pas hésité à se l'approprier: une ONG américaine qui lutte contre la prolifération nucléaire porte toujours ce nom ; une distribution de Linux (le système d’exploitation), encore en développement, a eu le nom de code Isis avant de changer pour Freya.

L’application de paiement mobile, elle, n’a pas encore trouvé de nouveau nom, le site affiche toujours l’acronyme. Difficile pour une jeune entreprise qui s'était lancée sur le marché en novembre dernier d'avoir à se renouveler si rapidement.

Les différents groupes qui ont décidé de faire évoluer leur marque par le passé n’en ont pas toujours profité, loin de là.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

En 2010, le magazine américain Time avait listé dix changements pas très convaincants: de la poste anglaise, Royal Mail (qui devait devenir Consignia), à la chaîne de télé Syfy (ex-Sci Fi) qui signifie syphilis en argo anglais.

Newsletters

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Ça va être difficile, mais c'est pour votre bien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio