Partager cet article

«Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire...»: Charles Pasqua a-t-il vraiment dit ça?

Charles Pasqua lors d'une conférence de presse, en 2009. REUTERS/Benoît Tessier.

Charles Pasqua lors d'une conférence de presse, en 2009. REUTERS/Benoît Tessier.

Le «théorème de Pasqua» s'applique très bien à la situation actuelle, mais pas sûr qu'il l'ait un jour énoncé.

L'ancien ministre de l'Intérieur Charles Pasqua est mort, lundi 29 juin 2015, à l'âge de 88 ans. Nous republions cet article consacré au célèbre «théorème de Pasqua».

Charles Pasqua est un des fournisseurs les plus prolifiques du débat public en petites phrases assassines et autres aphorismes percutants. On lui doit notamment cette cette confession cynique, riche en provocations:

«Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent [...] La politique, ça se fait à coups de pied dans les couilles [...] On est plus fidèle à sa nature qu'à ses intérêts [...] Je n'ai jamais honte de rien...»

Une phrase qui lui est attribuée revient régulièrement depuis mars 2014 et le début des révélations sur un possible trafic d'influence commis par Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog, dossier dans lequel l'ancien chef de l'Etat a été mis en examen début juillet.

La France vient d'apprendre que l’ex-président a été mis sur écoute quelques mois plus tôt dans le cadre de l'enquête sur un financement libyen présumé de sa campagne de 2007, et ce dernier contre-attaque en comparant dans une tribune publiée par Le Figaro cette méthode à celles de la Stasi, la police politique de l’Allemagne de l’Est, et en attaquant Christiane Taubira et Manuel Valls.

Immédiatement, des cadres du PS réagissent en associant cette réaction au «théorème de Pasqua», selon lequel:

«Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire, et si nécessaire une autre affaire dans l’affaire de l’affaire, jusqu’à ce que personne n’y comprenne plus rien.»

Marie-Pierre de la Gontrie, secrétaire nationale à la justice et aux libertés du PS, relaie cette citation sur Twitter, accolée au nom de l’ex-ministre de l’Intérieur.

Idem pour le président de la commission des Lois de l'Assemblée Jean-Jacques Urvoas.

Les médias suivent. Charles Pasqua lui-même est interpellé sur cette phrase sur Public Sénat et, calmement mais catégoriquement, explique qu’il n’en est pas l’auteur.

Y aurait-il erreur sur la marchandise?

«Il a le dos tellement large»

La confusion règne effectivement sur l’origine de cette sentence. Noël Pons, ancien fonctionnaire à la Direction générale des impôts, et Jean-Paul Philippe, ancien responsable de la brigade anticorruption de la police judiciaire, sont les auteurs de 92 Connection, publié en 2013 (éd. Nouveau Monde). En épigraphe de cette enquête sur les Hauts-de-Seine (département dont Charles Pasqua a été député, sénateur et président du conseil général), ils avaient choisi d’utiliser la maxime en question.

Cette page de leur ouvrage a été prise en photo et tweetée pendant l’affaire des écoutes.

Contacté par Slate, Noël Pons croit se souvenir «de mémoire» que c’est le Nouvel Observateur qui l’avait citée la première fois.

Après vérification, ce souvenir semble erroné, puisque nous n'avons pas retrouvé trace de cette phrase dans les archives de l'hebdomadaire.

Philippe Boggio, co-auteur avec Alain Rollat de la biographie Ce terrible monsieur Pasqua (éd. Olivier Orban, 1987), est plus prudent:

«Charles Pasqua a commis beaucoup de phrases dans ce genre, mais il a le dos tellement large qu’on lui en a aussi attribué beaucoup de manière indue.»

Dans son interview à Public Sénat, l’ex-locataire de la place Bauveau avait déclaré qu’il ne s’exprimait «pas tout à fait comme ça», ce que confirme son biographe:

«Cette phrase est péremptoire. Lui a un ton plus goguenard.»

Un proche de Charles Pasqua qui a passé du temps à classer ses archives confirme la piste du «fake». Selon lui, «il a les épaules assez larges pour assumer une phrase comme celle-là, mais elle n’est pas de lui. Ceux qui le croient le connaissent mal, et le caricaturent. Elle n’apporterait rien à Charles Pasqua, et elle ne le desservirait pas non plus. Il ne l’a juste pas prononcée».

Vérifier la source d'une citation virale

Il est vrai qu’en général, les fausses citations ont pour fonction d’incriminer la personne à qui on les attribue.

Ce fut le cas par exemple lorsqu’Eric Zemmour prêta indument la phrase «les enfants appartiennent à l’Etat» à la sénatrice PS Laurence Rossignol, largement reprise par les militants opposés à la supposée «théorie du genre».

Lorsqu’elles sont apocryphes, elles permettent aussi à leurs auteurs malavisés de se placer sous le patronage non consenti d’une personnalité prestigieuse. En 2009, le Front national s’était ainsi fait remarquer en attribuant à Jean Jaurès, sur une affiche pour les élections européennes, une phrase qui n’était pas de lui: «A celui qui n’a plus rien, la patrie est son seul bien» (qui est en fait de Blanqui).

Bref, quand vous lisez une citation qui devient virale, ayez toujours le réflexe d'en chercher la source.

Comme le disait (presque) Lincoln, «ne croyez pas tout ce que vous lisez sur Internet juste parce qu'il y a une photo avec une citation à côté».

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte