Science & santé

La meilleure méthode d'interrogatoire n'est pas l'intimidation mais la gentillesse (et elle nous vient des nazis)

Repéré par Julien Jégo, mis à jour le 07.07.2014 à 12 h 40

Repéré sur Pacific Standard

Interrogation Situation by KaremB | Licence CC by FlickR

Interrogation Situation by KaremB | Licence CC by FlickR

Erik Horowitz, chercheur et journaliste pour le Pacific Standard rapporte une étude suédoise qui vient confirmer le fait que le gentillesse est bien plus efficace que les autres méthodes d'interrogatoire.

Elle s'appuie sur de nombreux travaux antérieurs et notamment ceux de Hanns Scharff qui, durant la Seconde Guerre mondiale, a dirigé de nombreux interrogatoires pour la Luftwaffe (l'aviation militaire nazie). Sa spécialité n'avait rien à voir avec les images que l'on a des méthodes nazies. Il a été le premier à traiter ses prisonniers de la meilleure manière, en allant jusqu'à entretenir des relations presque amicales. Une anecdote, tirée du livre The Interrogator, révèle qu'il partageait même les petit plats de sa femme avec eux.

Ce qu'on appellera la technique Scharff s'appuie sur quatre points. Tout d'abord, il faut adopter une attitude amicale, puis ne jamais forcer son interlocuteur à dévoiler des informations. Il faut ensuite entretenir l'illusion que l'interrogateur connaît déjà les informations qu'il cherche à découvrir et enfin s'appuyer sur la tactique de confirmation/infirmation (présenter une soi-disant preuve en espérant que l'interrogé la confirme ou la contredise).

L'avantage de la technique Scharff vient aussi du fait que ceux qui sont interrogés sous-estiment l'importance des informations qu'ils divulguent et n'ont pas l'impression d'en avoir trop dit.

Hanns Scharff a depuis fait des émules, notamment aux Etats-Unis avec la technique du bon flic/mauvais flic. Erik Horowitz cite également une étude américaine de l'université d'Albany parue en mai 2014 et qui montre que les interrogatoires menés par le FBI, l'armée américaine et la police étaient plus efficaces quand les interrogateurs cherchent à développer une relation d'égal à égal. L'étude rapporte que cette technique est d'ailleurs de plus en plus employée.

Apprenez donc à vous méfier d'un collègue ou d'une connaissance un peu trop gentille à votre égard, il pourrait tenter de vous soutirer des informations que vous n'aviez pas envie de lui donner!

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte