Tech & internet

Vous devriez peut-être arrêter de lire vos emails aussi souvent

Repéré par Mélissa Bounoua, mis à jour le 07.07.2014 à 12 h 26

Repéré sur Le blog de Matt Cutts, Harvard Business Review

Meg Ryan dans le film Vous avez un message / Allociné

Meg Ryan dans le film Vous avez un message / Allociné

Et si vous arrêtiez de lire vos emails pendant 2, 3, 30 jours? Ceux qui ont testé vous diront que vous avez forcément à y gagner.

Matt Cutts, l’homme grâce à qui il n’y a pas trop de spams sur les différents services de Google (dont la messagerie Gmail) a décidé de s’accorder quelques mois loin de son ordinateur. Le plus dur, explique-t-il sur son blog, sera de ne jamais consulter sa boîte professionnelle. Ce sevrage, souligne-t-il, lui permettra de pouvoir prendre du temps avec sa femme sans avoir l’esprit occupé. Mais pour ne pas ralentir le travail de son équipe, certains des messages leur seront tout de même transmis.

Car lire ses emails à la seconde où ils arrivent, c’est un peu comme aller faire les courses chaque fois que vous avez besoin de quelque chose, souligne la Harvard Business Review. Le plus efficace est plutôt d’aller au supermarché quand la liste des choses à acheter est plus longue, pour éviter les déplacements inutiles.

La solution, si vous ne pouvez pas arrêter de travailler pendant plusieurs semaines comme Matt Cutts, est donc de concentrer les choses à faire. Quelques conseils de Ron Friedman, consultant qui aide les entreprises à mieux s’organiser, toujours sur le site de la Harvard Business Review:

«Au lieu de vous éparpiller entre réunions, coups de fil, travail et emails tout au long de la journée, essayez de regrouper les tâches pour qu’il y ait moins de transition de l’une à l’autre. Lisez comptes-rendus, mémo et articles les uns après les autres. Enchaînez les réunions. Faites une liste de tout ce que vous avez à faire de votre côté et faites tout d’une traite. Si possible, essayez de limiter la consultation de vos emails à 2 à 3 fois par jour (par exemple à 8h30, 12h et 16h30) au lieu d’y répondre dès qu’ils arrivent.»

Ces conseils sont inenvisageables dans certaines professions où les réponses rapides sont indispensables. Mais Ron Friedman insiste et dit que ce n’est pas toujours le mieux pour la productivité des salariés. Même de petits efforts peuvent aider le cerveau, selon lui.

Déjà en 2010, le Wall Street Journal notait que les travailleurs sont distraits toutes les 3 minutes. Un multitasking effréné qui rendrait idiot, concluaient des chercheurs de l’université de Londres, aussi en 2010.

Même Arianna Huffington, la femme qui a fondé le Huffington Post (et qui doit recevoir 10 emails à la seconde) s’est essayé au sevrage total pendant une semaine. Elle explique sur son site à quel point son smartphone était devenu un prolongement de son corps.

«Ce n'était pas seulement mon corps qui avait le réflexe d’attraper mon portable constamment. C'était aussi mon cerveau, (...) j'en venais à penser à ma boîte mail. Est-ce que les messages s’accumulaient? Est-ce que je manquais un message crucial qui pouvait avoir des conséquences sur ma société? En me déconnectant maintenant, est-ce que je ne créais pas du stress pour plus tard, avec tous ces emails auxquels j'aurais à répondre? C'était un soulagement de savoir que j’avais un message d’absence expliquant ma cure sans Internet, au moins personne ne se sentirait insulté que je ne réponde pas.»

Cela dit, arrêter Internet totalement ne va pas non plus vous réapprendre la vie ou vous rendre moins stressé. Lorsque Paul Miller, un journaliste du site américain The Verge, s'est complètement déconnecté pendant un an pour retrouver le «vrai»Paul, l’expérience n’a pas été concluante. «Recevoir une douzaine de lettres manuscrites par semaine s’est révélé aussi oppressant qu’une centaine d'emails par jour.»

 

Mélissa Bounoua
Mélissa Bounoua (93 articles)
Rédactrice en chef adjointe de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte