Partager cet article

Quels sont les livres que nous ne lisons pas jusqu'au bout?

REUTERS/Stephen Hird

REUTERS/Stephen Hird

C'est l'été, bientôt la plage, la lecture inconfortable sur une serviette qui gratte avec des gamins qui jouent juste à côté de vous et font virevolter des grains de sable qui atterrissent dans vos yeux. Et surtout la lecture de livres que vous ne finirez peut-être pas, parce que vous partirez jouer au ping-pong avant de boire un spritz.

A Slate, on me signale que Gatsby, La Chartreuse de Parme, A la Recherche du Temps perdu ou De Sang froid ont été abandonnés en cours de route. Moi, sur les plages, j'ai tenté plusieurs fois Si c'est un homme. J'avais souligné souvent le poème en exergue. Mais la barbarie, ce n'est pas très estival.

L'an dernier, le site américain GoodRead (réseau social pour lecteurs impénitents qui revendique plus de 20 millions d'utilisateurs) avait dressé une liste des livres les plus inachevés de ses membres. Y figuraient notamment: La Guerre et la Paix, Ulysse, Le Seigneur des Anneaux. La Bible.

Le Wall Street Journal est parvenu à une liste de livres un peu plus contemporains à partir d'une méthode pas très scientifique mais amusante: le quotidien s'est servi d'une fonctionnalité d'Amazon, appellée «Popular Highlights» qui met en avant pour chaque version kindle d'un livre les cinq passages qui ont été les plus annotés par les lecteurs. Le WSJ estime:

«Si chaque lecteur va jusqu'au bout, aucune raison que ces passages soulignés ne s'étendent pas sur toute la longueur du livre. Si personne ne dépasse l'introduction, les passages soulignés se concentrent sur le début.»

Pas très scientifique (le début peut-être truffé de belles choses et pas la fin; on peut être tellement absorbé dans la lecture qu'on en oublie d'annoter; on peut perdre son stylo en route), mais bien pensé quand même.

Avec ce système, dénommé le Hawking Index (du nom de Stephen Hawking, auteur du best-seller très peu fini Une brève histoire du temps), le Wall Street Journal fait un calcul (le numéro de page moyen des passages soulignés, divisé par le nombre de pages du livre: plus le chiffre obtenu est haut, plus le livre a de chances d'avoir été terminé) qu'il applique à quelques best-sellers américains actuels (la fonctionnalité Amazon ne marche pas encore pour la France).

Le Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty: 2,4%. Notre chercheur, vendu aux Etats-Unis comme un J.K. Rowling de l'économie, a pondu 700 pages que tout le monde s'arrache mais que personne n'avale. Le dernier des cinq passages les plus soulignés s'arrêtent à la page 26. 

Puis viennent: Une brève histoire du temps de Stephen Hawking: 6,6% (le pauvre donne son nom à l'index, mais c'est qu'il est plus connu que Piketty. Thinking Fast and Slow de Daniel Kahneman: 6,8% (le livre, dont le titre signifie Penser vite et lentement, n'a pas été traduit en français. Mais c'est l'oeuvre d'un psychologue et économiste américano-israélien lauréat du prix Nobel d'économie en 2002.). Lean In (En avant toutes) de Sheryl Sandberg obtient 12,3%. La directrice des opérations de Facebook raconte dans ce livre autobiographique et sociologique son cheminement jusqu'au sommet dans un système encore extrêmement patriarcal et masculin (ce livre traîne depuis pas mal de temps sur la table de chevet de mon mec, le marque-page bloqué autour d'une centaine de pages). Flash Boys de Michael Lewis: 21,7%. Pas encore traduit en français, ce livre du journaliste américain star Michael Lewis raconte son voyage dans «les égoûts de l'innovation financière».

En gros, dans les best-sellers de non-fiction, les lecteurs plein d'enthousiasme entendent se cultiver, plein d'espoirs et de bonne volonté dans la librairie. Et après avoir appris quelques petites choses dans l'introduction et le premier chapitre, assez pour penser avoir compris l'idée, et pouvoir en parler dans les dîners, passent à autre chose.

Pour les romans: l'indice de Fifty Shades of Grey n'est pas terrible: 25,9%. Ce que, bon, on peut comprendre parce que mine de rien, attendre la page 129 pour qu'il y ait une scène de sexe, dans un roman soi-disant momy-porno, peut lasser.

Le score de Gatsby le magnifique est à peine meilleur: 28,3%. Alors que, certes, le sexe n'arrive pas tout de suite non plus, mais c'est un tout petit livre d'une beauté rare, où l'on vous parle de rêve et de lumière verte comme nulle part ailleurs.

Bizarrement, Le Chardonneret, de Donna Tartt, obtient le meilleur score du classement: 98,5%. Ce livre brillant, qui a valu le Pulitzer de littérature à l'auteure, est le genre de pavé dont on penserait qu'il n'a pas été lu jusqu'au bout. 650 pages. «Les cinq passages les plus soulignés viennent des vingt dernières pages», remarque le WSJ. Ce qui correspond aussi au moment du livre le plus philosophique, le moins narratif, fait de phrases plus affirmatives dont on se dit pas seulement que c'est beau, mais que c'est vrai, et qu'on essaie de graver dans nos esprits à coup de stabilo.

Quoi qu'il arrive, on ne va pas se mentir: on peut adorer un livre et ne pas le finir. D'ailleurs l'an dernier, le jury du prix Renaudot s'est payé le luxe de couronner le pavé (fastidieux, lourd et très mauvais pour le dos) de Yann Moix, Naissance. Un seul des membres l'avait lu en entier.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte