Santé / Sciences

Les animaux aussi peuvent être dépressifs. Ce vétérinaire les soigne

Temps de lecture : 2 min

Sad Donkey incidencematrix via FlickrCC License by
Sad Donkey incidencematrix via FlickrCC License by

Léopards des neiges dépressifs et zèbres phobiques sont le quotidien du docteur Vint Virga, un spécialiste des troubles des animaux, dont le New York Times Magazine fait un portrait cette semaine.

Lorsqu’un zoo a un problème avec une bête, Dr. Virga est consulté. Pour faire son travail, ce vétérinaire filme souvent les animaux afin de mieux comprendre leurs problèmes. Le journaliste Alex Halberstadt a ainsi pu voir une vidéo d’un ours brun atteint de troubles obsessionnels compulsifs: l’animal fait trois pas, tourne sa tête dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, se cogne contre une porte en métal, et répète ces gestes à l’infini.

C’est le fait d’être en captivité qui crée ces traumatismes: le type de comportement que traite le Dr. Virga n’existe pas à l’état naturel. A la suite d'une infection, un mouton de Barbarie nommée Molly est devenue phobique. Dans son habitat naturel montagneux, elle aurait probablement été mangée par un prédateur. Mais au zoo, elle a développé une anxiété extrême. Apres une tentative de traitement comportemental, le Dr. Virga a fini par lui donner du Prozac, un médicament qu’il n’utilise qu’en dernier ressort.

Le journaliste évoque aussi le cas d’une girafe qui avait développé une peur des appareils photo et refusait de s’alimenter. Le docteur a dû passer plusieurs jours avec elle pour la rassurer, et elle s’est remise à manger. Dans l’expérience du Dr. Virga, c’est souvent le rapport émotionnel constant avec l’animal qui fait la différence.

«Les scientifiques disent souvent que nous ne savons pas ce que les animaux ressentent car ils ne peuvent pas nous parler, explique Virga, qui vient de publier un livre sur les animaux. Mais en fait, ils nous font part de leurs émotions. C’est seulement que nous ne les écoutons pas.»

Slate.fr

Newsletters

Regarder du porno n'est pas un problème

Regarder du porno n'est pas un problème

Des décennies de méfiance paranoïaque ont failli faire ranger l’addiction au porno parmi les pathologies officiellement incluses dans la Classification internationale des maladies. Heureusement, l’Organisation mondiale de la santé ne s’y est pas trompée.

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

Sur les 54 000 nouveaux cas annuels de cancers du sein, 10% touchent des femmes de moins de 40 ans. L’association Jeune et Rose leur est dédiée.

À New York, les accouchements prématurés ont augmenté depuis l'élection de Trump

À New York, les accouchements prématurés ont augmenté depuis l'élection de Trump

En particulier chez les femmes immigrées.

Newsletters