Santé / Sciences

Comment décrire une couleur à un aveugle?

Temps de lecture : 2 min

Tommy Edison est un YouTubeur aveugle, qui raconte en images sa vie de non-voyant. Dans l’une de ses vidéos, il s’est intéressé aux couleurs, en demandant à des personnes censées être expérimentées de les lui décrire. L’exercice s’est révélé périlleux.

Danbo vs the rubix / Samson Loo via Flickr licence by
Danbo vs the rubix / Samson Loo via Flickr licence by

Pour un non-voyant, les couleurs constituent un irréductible mystère. Tommy Edison, un YouTubeur aveugle depuis sa naissance, a voulu tenter d’en percer les énigmes en demandant à des personnes voyantes d’en faire la description, lors du VidCon 2014, un forum d’amateurs de vidéos en ligne, en Californie. Malheureusement bien souvent, les informations délivrées par ces experts improvisés en couleurs sont contradictoires, et l’exercice acrobatique, comme le relate Science of Us.

Certains donnent des exemples d’objets auxquels la couleur est associée, comme pour le rouge:

«Le rouge est en plein dans ton visage. Il attire ton attention. Le feu est rouge, et d’autres choses comme ça. Le rouge te saute aux yeux en quelque sorte, et s’accroche à toi. Les camions de pompiers sont rouge, pour que les gens les remarquent.»

D’autres ont des avis contradictoires sur la même couleur, comme lorsque deux amis sont interrogés sur le gris, l’un l’associant à «l’odeur de la pluie», l’autre à la «barbe à papa», avant de préciser que certaines personnes disent que c’est une couleur «dure, comme le métal». Une jeune femme, à propos du marron, évoque à la fois «la boue» et «le chocolat».

D’autres sont plus métaphysiques, et recourent à l’allégorie, comme pour le vert:

«Le vert ressemble beaucoup au printemps, il est plein de feuilles. […] On dit qu’il stimule la créativité, donc si tu penses à un moment où tu étais vraiment inspiré dans ta vie, c’est à cela que le vert ressemble.»

Dans la vidéo du débrief, Tommy Edison fait part avec amusement de son désarroi. Pour lui, une couleur est quelque chose de précis, et il s’est rendu compte que chacun était évasif sur ce sujet. Il aurait aimé qu’on lui décrive une couleur «comme on décrit l’océan à une personne qui ne l’a jamais vu», mais l’exercice a été vain. On lui a donné des exemples d’objets, mais il ne sait toujours pas à quoi ressemble la couleur qui leur est associée. A propos du bleu:

«Comment la glace et le ciel peuvent-ils être la même chose? Je ne comprends pas.»

On lui a donné des odeurs évocatrices, mais il lui paraît absurde d’avoir recours à l’odorat pour se faire une idée d’une couleur. Ce qu’il voulait, c’était des mots. Malheureusement, ceux-là ne sont pas transparents.

Slate.fr

Newsletters

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

«C’est compliqué» est un courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou...

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

La dépression saisonnière ne se manifeste pas qu’en hiver: il n’est pas si paradoxal de broyer du noir à l’approche de la saison estivale.

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Newsletters