Economie

Comment le chômage a doublé en sept ans sans (presque) que vous vous en aperceviez

Gilles Bridier, mis à jour le 03.07.2014 à 7 h 37

Entre les statistiques du ministère du Travail à partir des inscriptions à Pôle emploi et celles de l’Insee selon le BIT, il est difficile de s’y retrouver. Plongée dans le labyrinthe des chiffres de l'emploi.

plasticine labyrinths / Peter Shanks via Flickr CC License by.

plasticine labyrinths / Peter Shanks via Flickr CC License by.

Si l’on se réfère à la dernière enquête de l’Insee, le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) sur le premier trimestre 2014 s’élève à 10,1% de la population active en France (y compris les DOM). Et en métropole, avec 2,8 millions de personnes sans emploi recensées, le taux de chômage atteindrait 9,7%, stable par rapport au quatrième trimestre 2013 et en baisse de 0,2 point sur un an.

Voilà qui est bien différent des statistiques du ministère du Travail pour le mois de mai 2014 qui, toujours pour la seule métropole, portent sur plus de 5 millions de demandeurs d’emploi (catégorie A, B et C) sans aucun travail ou en situation précaire. 

Mais un chômeur n’a pas forcément le même profil dans les deux cas. Au sens du BIT, le chômeur est une personne de plus de 15 ans qui n’a pas travaillé, ne serait-ce qu’une heure au cours de la semaine de référence de l’enquête, cherche activement un emploi et est disponible sous les quinze jours pour reprendre un travail. Une définition beaucoup plus restrictive que les différents profils de demandeurs d’emplois inscrits à Pôle emploi, qui enregistre les personnes sans emploi (catégorie A) mais aussi celles ayant une activité réduite (B et C), voire celles qui ne sont pas soumises à une recherche active de travail (D et E).

De quoi propulser l'observateur des chiffres du chômage dans un véritable labyrinthe. Et encore, la réalité est plus sombre que les chiffres ne l’indiquent compte tenu du nombre de personnes qui ne sont plus prises en compte dans les statistiques.

De 2,4 à 5,3 millions

Ces distinctions apparaissent notamment lorsqu’on analyse les chiffres dans la durée. En prenant comme référence le mois de mai 2007 pour le ministère du Travail –même période de l’année, mais avant que la crise économique n’éclate–, le nombre de demandeurs d’emploi correspondant à l’époque aux catégories A, B et C pour la France entière (DOM compris) était de 2,44 millions. Sept ans plus tard, 5,32 millions de personnes sont aujourd’hui dans une situation comparable, soit plus du double en seulement sept ans.

Pourtant, pris au sens du BIT, le taux de chômage établi par l’Insee atteignait 8,1% en 2007. Il n’a donc progressé que du quart sur la période. Mais la précarité s’est développée, avec des temps partiels et des CDD plus nombreux (plus de 80% des contrats de travail sont aujourd’hui à durée déterminée), venant grossir les rangs des personnes inscrites à Pôle emploi mais hors du champ du chômage pris en compte par l’Insee, ce qui explique une progression plus forte, avec le temps, du nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi que recensés par l’Insee.

En sept ans, la méthodologie de Pôle emploi a également évolué, même si la démarche, faire apparaître le nombre de nouveaux inscrits, reste la même. En mai 2007, l'ANPE faisait apparaître un peu moins de 395.000 inscrits. En mai 2014, les statistiques font apparaître 525.000 entrées à Pôle emploi, livrant la photographie d’un marché du travail beaucoup plus instable, avec une hausse d’un tiers du nombre des inscriptions par rapport à mai 2007. Une hausse due accessoirement au relèvement progressif de l’âge de départ à la retraite et à la suppression de la dispense de recherche d’emploi à partir de 55 ans, mais surtout à l’incapacité de l’économie française à se relancer.

Radiations et cessations d’inscription

Les sorties de Pôle emploi sont aussi plus nombreuses aujourd’hui qu’en 2007: en mai, 486.000 contre 383.000. Mais alors que le nombre de reprises d’emploi déclarées est identique, la différence s’établit sur les entrées en stage, qui ont doublé, et sur la gestion des fichiers, qui fait parfois débat.

Ainsi, chaque mois, Pôle emploi procède à des radiations administratives et cessations d’inscription pour défaut d’actualisation. En mai 2014, 247.000 demandeurs d’emplois ont ainsi été sortis des statistiques. Mais ils étaient seulement 174.000 en mai 2007 à avoir été sortis des fichiers pour absence au contrôle et radiation administrative.

Certes, la population des inscrits aujourd’hui étant plus importante qu’à l’ANPE de l’époque, on peut comprendre que ces sorties soient également plus nombreuses. Proportionnellement, elles ont même plutôt moins progressé. Mais pour les personnes touchées, cette arithmétique est abstraite.

Le ministère du Travail et de l’Emploi s’en explique, motivant ces sorties à cause d’un défaut d’actualisation de leur situation par les chômeurs, ou non-réponse à une convocation, ou refus d’emploi ou de formation ou de visite médicale ou de contrat aidé… Il y a aussi ceux qui ont retrouvé un emploi et ne le signalent pas… mais également ceux qui arrivent à l’épuisement de leurs droits au chômage ou qui, lassés de voir les portes se fermer, baissent les bras et se détournent de Pôle emploi. Le début d’un cheminement qui peut mener à une situation de sans domicile fixe.

Quatre fois plus de seniors enregistrés

Dans le détail, compte tenu des difficultés rencontrées par les seniors pour trouver des débouchés sur le marché du travail, on ne s’étonnera pas  que le nombre des chômeurs de plus de 50 ans soit passé de 295.000 en mai 2007 à l’ANPE à 1,1 million sept ans plus tard à Pôle emploi (pour les catégories A, B et C), soit près de quatre fois plus!

Pour les mêmes raisons, le chômage de longue durée a frappé de plus en plus de demandeurs d’emplois: de 551.000 personnes sans emploi pendant plus d’un an à l’ANPE en 2007, on est passé à plus de 2,1 millions aujourd’hui à Pôle emploi. Là encore, près de quatre fois plus.

Enfin, notons la progression du nombre d’inscrits au RSA enregistrés à Pôle emploi. Le revenu de solidarité active, versé par les Caisses d’allocations familiales, a été introduit en juin 2009 en remplacement du revenu minimum d’insertion (RMI) et d’autres aides. Un chômeur sur cinq aujourd’hui n’ayant aucun emploi (21% en mai 2014) touche cette prestation. Si on élargit aux inscrits précaires avec des emplois à temps partiels, le taux est de 17%. Des pourcentages relativement stables depuis cinq ans.

Mais bien que le nombre des allocataires du RSA ait grimpé en flèche (en quatre ans, il a augmenté de 50%), Pôle emploi enregistre un peu plus de sorties que d’entrées dans ses fichiers (69.000 entrées pour 78.000 sorties). Plus qu’un retour à l’emploi pour des personnes souvent éloignées du marché du travail, on peut craindre que des suspensions des droits au chômage ou des radiations administratives soient à l’origine de ces sorties dans les statistiques, à cause de la désocialisation d’une partie des personnes au RSA et de la difficulté à les joindre pour actualiser leur situation.

Tout ceci vient grossir, chaque mois, l’importance de la zone grise des chômeurs non inscrits à Pôle emploi, les éloignant encore un peu plus d’un hypothétique retour à l’emploi. Et conforte l’idée d’un nombre de personnes sans travail bien plus important que les statistiques ne l’indiquent.

Gilles Bridier
Gilles Bridier (663 articles)
Journaliste
RSAANPEpôle emploiemploichômage
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte