On a découvert un nouveau type de météorite, qui pourrait expliquer l'explosion de la vie sur Terre

Les astéroïdes peuvent aussi provoquer une explosion de la vie sur Terre (d'accord, en détruisant au passage) | Image extraite du film <a href="http://www.allocine.fr/film/fichefilm-17947/photos/detail/?cmediafile=21083329">Armageddon</a> (1998°

Les astéroïdes peuvent aussi provoquer une explosion de la vie sur Terre (d'accord, en détruisant au passage) | Image extraite du film Armageddon (1998°

Comme quoi, des astéroïdes qui s'écrasent sur la Terre ne sont pas toujours synonymes d'Armageddon, de fin de l'humanité et d'un Bruce Willis en goguette dans l'espace. Ces événements certes d'une grande violence seraient également à l'origine d'une explosion de la biodiversité sur Terre, estiment les scientifiques, il y a 470 millions d'années (fin du Cambrien, début de l'Ordovicien). 

Aaah, l'inoubliable bande son d'Armageddon, par Aerosmith.

On suppose qu'à cette période, deux astéroïdes, un gros et un plus petit, se sont percutés, initiant une pluie nourrie de météorites en direction de la Terre. Or, si nous avons retrouvé des échantillons du plus gros des deux corps célestes rentrés en collision, nous ne savons rien du second. Du moins jusqu'à présent.

Une nouvelle sorte de météorite vient en effet d'être découverte en Suède, à l'ouest de Stockholm, et cette dernière pourrait bien aider à «résoudre ce mystère», écrit Live Science. Et à en savoir plus, donc, sur cette explosion de la vie sur Terre, plaide l'équipe à l'origine de cette découverte, qui vient de publier ses conclusions sur le site d'Earth and Planetary Science Letters.

L'échantillon rocheux découvert, que les chercheurs appellent pour le moment «mystérieux objet», se distingue par sa composition de toutes les météorites jusque-là examinées sur Terre. Toutes appartiennent en effet «à une classe [de météorites] pauvre en fer, appelées chondrites de type L», explique The New Scientist. Or «la texture et l'âge d'exposition» (qui mesure le temps d'exposition de la météorite aux rayons cosmiques, dans l'espace, entre le moment de son détachement de l'astéroïde initial à celui de son arrivée sur Terre) de notre fameux objet mystérieux «se distinguent des quelque 49.000 autres météorites trouvées jusqu'à présent sur Terre», poursuit Live Science.

Comme d'habitude en astronomie, la prudence reste néanmoins de mise, comme le rappelle The Verge:

«[...] certains scientifiques ne sont même pas encore certains que [cet objet] appartienne à une nouvelle classe de météorite.»

A LIRE AUSSI