[INFOGRAPHIE] Affaire des écoutes: le cauchemar judiciaire de Nicolas Sarkozy se poursuit

Labyrinthique procédure judiciaire.

Une procédure judiciaire labyrinthique.

Et c'est reparti. En étant placé en examen, dans la nuit du mardi 1er au mercredi 2 juillet, pour soupçons de corruption active, l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy replonge dans un labyrinthique parcours judiciaire qui, comme le note Le Monde, fait qu'il «n'est plus maître de son calendrier politique».

Une épreuve qu'il commence à bien connaître: l'ancien chef de l'Etat a en effet déjà été mis en examen pour abus de faiblesse le 21 mars 2013, dans le cadre de l'affaire Bettencourt. Mais son cas avait été assez vite réglé, puisque les juges avaient prononcé six mois plus tard un non-lieu en sa faveur.

Mais comme nous le résumions alors dans une longue infographie, ce genre de procédures peut durer bien plus longtemps. Très longtemps.

Dans cette nouvelle affaire des écoutes, qui laissent penser que Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog auraient tenté d’influencer une décision de la Cour de cassation, rien n'assure en effet que l'ancien président connaisse le même dénouement rapide dont il a bénéficié dans l'affaire Bettencourt. Il peut ainsi être renvoyé devant un tribunal correctionnel avant de vivre d'éventuels procès, procès en appel voire pourvoi en Cassation.

Et la route pourrait être d'autant plus longue que d'autres dossiers poursuivent Nicolas Sarkozy: affaires Bygmalion, Karachi, Tapie, financement libyen ou sondages de l'Elysée... Nicolas Sarkozy n'a pas fini d'être inquiété.

Partager cet article