Tech & internet

Comment la Grande-Bretagne profite des sites en .io

Temps de lecture : 2 min

Le site filippo.io s'est par exemple fait connaître lors de l'affaire de la faille Heartbleed. Il permettait de repérer les sites affectés.
Le site filippo.io s'est par exemple fait connaître lors de l'affaire de la faille Heartbleed. Il permettait de repérer les sites affectés.

Sur Internet, il y a un business qui peut rapporter gros. Peu connu du grand public, il consiste à vendre des noms de domaine, autrement dit des sites aux noms, et aux extensions, qui nous intéressent: monsitetropbien.fr, ou, plus lucratifs, sex.com (vendu 14 millions de dollars en 2006) et porn.com (9 millions de dollars en 2007).

Alors que de toutes nouvelles extensions (.cool, .wine, .lol...) s'apprêtent à faire leur apparition, d'autres connaissent déjà, du fait de leur consonnance ou de leur signification, une certaine popularité aux côtés des traditionnels .com, .org, ou .fr. Ainsi le .io, pour «Indian ocean», qui recontre un certain succès dans le secteur high-tech, du fait de sa sonorité, ou de la signification de i/o en informatique (pour «input/output», «entrée/sortie»).

De la même façon que le .fr est lié à la France ou le .be à la Belgique, le .io est rattaché à un territoire, celui de l'Archipel des Chagos. Sauf que l'utilisation de cette extension, loin de profiter à ces îles et à leur population, profite intégralement... à la Grande-Bretagne.

Comme le révèle en effet le site spécialisé Giga Om, dans les années 1960, ces îles sont devenues un territoire britannique. Les Chagaussiens ont été déportés vers les îles voisines afin de faire place nette au projet de construction d'une base militaire anglaise dans l'océan Indien, ouverte aux Américains.

Aujourd'hui, alors «que le .tv rapporte des millions de dollars chaque année à la petite île du Pacifique Sud de Tuvalu, écrit Giga Om, que le .me profite au Montenegro», la popularité du .io dans le monde de la high-tech ravive l'histoire de l'Archipel des Chagos. Interrogé par le site spécialisé, Paul Kane, responsable de l'institution britannique chargée de gérer l'utilisation du .io, n'a voulu révéler ni le nombre de noms de domaines vendus chaque année, ni «le montant des revenus perçus par le gouvernement» anglais.

The Independent précise néanmoins que chaque action de sites Internet en .io coûte 60 livres. Un montant élevé confirmé par un développeur enthousiasmé par le .io:

«[...] les prix annuels sont dingues: 60 livres (93 dollars) pour la première année et 30 livres par an par la suite.»

La gestion des extensions sur Internet, et particulièrement des plus populaires tels que .me, .tv ou .io, est souvent méconnue du grand public. Ce qui peut être dommageable: il y a quelques années, alors que le régime du dictateur Khadafi s'effondrait en Libye, bon nombre de sociétés découvraient que le .ly, également très plébiscité, dépendait du pays. Et s'inquiétaient donc du sort que le régime pouvait réserver à leurs sites Internet. Le Time rappelait alors que les extensions rattachées à un territoire pouvaient fortement dépendre du gouvernement du territoire en question:

«[En 2010], le gouvernement libyen a saisi le nom de domaine vb.ly, un lien raccourci vers un service alimenté par une journaliste et bloggeuse sexe, Violet Blue.»

Slate.fr

Newsletters

La Brigade de répression des incivilités en ligne

La Brigade de répression des incivilités en ligne

Chaque troll devrait se méfier.

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

Ces publicités invitent les utilisateurs à écrire à leurs députés afin de les inciter à rejeter le plan Chequers, qui régule les futures relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Newsletters