Monde / France

Si la France était la Syrie, la population de Cannes et Avignon serait morte

Temps de lecture : 2 min

A quoi correspond le bilan (environ 160.000 morts et 9,3 millions de déplacés) de la terrible guerre civile qui déchire la Syrie depuis 2011? Une initiative récemment lancée, If We Were Syrian, diffuse des infographies qui tentent de montrer ce qu'il représenterait à l'échelle des pays du G7.

«Si la France était la Syrie, toute la population d’Avignon et de Cannes serait morte et les 37 plus grandes villes seraient désertées», faisant d'elles des «cités fantômes», explique l'infographie. 6,5 millions d’habitants, soit un dixième de la population française, aurait fui les grandes villes pour se réfugier dans les petites ou à la campagne. 2,8 millions de personnes se seraient réfugiées dans les pays frontaliers.

«Seulement 27% des dons nécessaires auraient été récoltés», conclut l’infographie. «La France attendrait mieux.» Comme le rappelle le Huffington Post, les Nations unies ont en effet lancé l’an dernier un appel à financements d’urgence à hauteur de 6,5 milliards de dollars, dont seuls 1,2 milliard ont été récoltés.

Le projet, qui propose à ses lecteurs d’alerter leurs élus ou de faire des dons aux organisations travaillant sur le conflit syrien, dresse donc aussi la comparaison avec d’autres grandes puissances. Aux Etats-Unis, l’intégralité de la population de New York aurait été déplacée. En Grande-Bretagne, celle de Londres.

Mais à noter qu’il ne s’agit en l’espèce que d’une comparaison en valeur absolue. En valeur relative, les chiffres seraient encore plus terrifiants, comme le note Vox:

«La population de la Syrie avant la guerre était d’environ 22 millions d’habitants; en pourcentage, l’équivalent de 160.000 morts syriens serait de 2,3 millions d’Américains. C’est environ le double du nombre d’Américains morts durant la Guerre de Sécession, la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, les guerres de Corée et du Vietnam réunies.»

A l'échelle française, les 160.000 morts syriens représenteraient donc environ 470.000 morts, soit un tiers du nombre de morts de la Première Guerre mondiale dans l'Hexagone.

«J’espère que cela rendra rendra la crise plus concrète pour beaucoup parce que, que vous le vouliez ou non, elle devient de plus en plus concrète pour beaucoup des nations du G7», a expliqué à la chaîne CTV News Shannon Gormley, qui a lancé cette initiative avec un autre journaliste canadien, Drew Gough.

«Il n’est pas facile de ressentir de l’empathie pour des gens dont on vous dit sans cesse qu’ils sont différents. Mais il le faut car il ne s’agit plus d’un problème syrien, il ne s’agit plus d’un problème moyen-oriental, il s’agit d’un problème mondial.»

Newsletters

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La 13e division SS en Bosnie a généré nombre d'analyses. Le dépouillement des archives permet aux historien·nes de remettre en perspective les faits et la réalité.

En Italie, les proxénètes ont laissé des milliers de femmes affamées pendant le confinement

En Italie, les proxénètes ont laissé des milliers de femmes affamées pendant le confinement

Forcées de se prostituer pour payer leurs dettes, ces femmes se sont retrouvées à lutter contre la faim en pleine pandémie, abandonnées par leurs proxénètes et par l’État.

À force de ne pas porter de masques, les politiques propagent le coronavirus au Mississippi

À force de ne pas porter de masques, les politiques propagent le coronavirus au Mississippi

Près d'un·e législateur·trice sur six est contaminé·e dans cet État américain.

Newsletters