SportsCoupe du monde 2014

Avec quelle pièce les arbitres du Mondial tirent-ils à pile ou face?

Grégoire Fleurot, mis à jour le 18.07.2014 à 17 h 05

Et les autres petits détails qui régissent le tirage au sort de chaque match.

Image fournie par la Fifa

Image fournie par la Fifa

Avant le coup d'envoi d'un match, l'arbitre réunit les deux capitaines pour effectuer un lancer de pièce qui déterminera qui effectuera le coup d'envoi et qui choisira le camp occupé en première mi-temps. Une procédure du même style a lieu en cas de prolongations et juste avant les tirs au but, comme samedi avant Brésil-Chili, afin de savoir quelle équipe aura le choix entre commencer à tirer ou laisser cet honneur à l'adversaire. Quelle pièce les arbitres utilisent-ils pour tirer à pile ou face, ou procéder au toss selon l'expression anglaise?

La pièce ci-dessus, conçue spécialement à cet effet par la Fifa.

Lors du tirage au sort qui précède le match, le joueur qui gagne a la possibilité de choisir de quel côté du terrain son équipe va évoluer pendant la première mi-temps. Cette décision n'est pas si anodine que cela étant donné que le vent, le soleil ou encore la configuration des tribunes et l'emplacement des supporters des deux équipes peuvent influencer la performance des joueurs en fonction du côté du terrain où ils évoluent.

Le capitaine qui a perdu le pile ou face hérite dans tous les cas du coup d'envoi de la première mi-temps. A la mi-temps, les deux équipes changent de côté et c'est celle qui n'avait pas donné le coup d'envoi au début du match qui remet le ballon en jeu. Ces règles générales concernant le coup d'envoi et le choix du côté sont les mêmes dans la grande majorité des championnats du monde, qu'il s'agisse des compétitions professionnelles ou des championnats amateurs locaux.

Le tirage au sort précédant les tirs au but, lui, peut s'avérer plus crucial que le premier: il donne au vainqueur la possibilité de choisir si son équipe tire en premier ou s'il laisse le soin à l'équipe adverse d'ouvrir les hostilités. En 2010, deux économistes ont montré que l'équipe qui tire en premier l'emporte dans plus de 60% des cas.

Un autre cas de figure rarissime a amené un arbitre à effectuer un tirage à pile ou face dans une compétition internationale, et ce n'était pas pour n'importe quelle décision: il s'agissait de décider qui de l'Italie ou de l'URSS allait se qualifier pour la finale de l'Euro 1968 au terme d'un match nul après prolongations. La petite histoire veut qu'il s'agissait d'une pièce de dix francs français.

Aujourd'hui, un tirage au sort peut encore décider du sort de deux équipes en Coupe du monde si celles-ci sont arrivées à égalité parfaite à la fin de la phase de poules. Il faut pour cela qu'elles aient le même nombre de points, la même différence de buts, le même nombre de buts marqués et qu'elles aient fait match nul lors de leur confrontation directe.

Mas le tirage sera ne serait dans ce cas là pas effectué à pile ou face. La seule fois où c'est arrivé, en 1990, Sepp Blatter avait convoqué la presse à Rome pour départager les deux équipes avec une urne remplie de boules, et avait envoyé l'Irlande à la deuxième place et les Pays-Bas à la troisième place (qui qualifiait certaines équipes à l'époque). Résultat, les Irlandais s'étaient qualifiés pour les quarts, là où les «Oranje» s'étaient fait sortir en huitièmes par le futur champion du monde allemand.

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici. Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr

L'explication remercie la Fifa.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte