Mondial 2014 / Sports

Les pénaltys du Mondial sont mal filmés. Voilà à quoi ils devraient ressembler

Temps de lecture : 2 min

 Le Brésilien Neymar marque son pénalty lors de la séance de tirs au but face au Chili en huitièmes de finale de la Coupe du monde 2014 le 28 juin 2014 à Belo Horizonte, REUTERS/Sergio Perez
Le Brésilien Neymar marque son pénalty lors de la séance de tirs au but face au Chili en huitièmes de finale de la Coupe du monde 2014 le 28 juin 2014 à Belo Horizonte, REUTERS/Sergio Perez

Comme vous pouvez le voir sur ce GIF, le Chilien Gonzalo Jara est passé vraiment tout près de réussir un pénalty qui aurait prolongé le huitième de finale de son équipe face au Brésil.

Ce n'était pas la frappe parfaite pour le Chilien (peu s'en est fallu), mais c'était en revanche l'angle parfait pour les réalisateurs de la Coupe du monde, qui ont immortalisé le beau plongeon du gardien brésilien Julio Cesar et ce ricochet de la balle contre le poteau.

Malheureusement, ce n'est pas l'image que nous avons tous vue en direct. A la place, nous avons vu le tir de Jara depuis le côté avant de pouvoir l'apprécier sous un meilleur angle au ralenti.

On peut voir les limites de la vue de côté dans la prochaine vidéo, qui montre le pénalty de Neymar lors du match d'ouverture du Brésil contre la Croatie. On entend l'hésitation du commentateur américain d'ESPN après que le gardien Stipe Pletikosa touche le ballon: il ne sait pas si le tir est rentré ou a été détourné juste en dehors du but. Ce n'est qu'avec les ralentis, où l'on a enfin le droit à des caméras derrière le tireur et derrière le gardien, que l'on voit bien Neymar marquer, et à quel point Pletikosa était proche de réaliser un arrêt magnifique.

ESPN, tout comme TF1 ou beIN Sports, ne contrôle pas les prises de vue en direct, ni les ralentis, pendant la Coupe du monde. Toutes les chaînes qui ont acheté les droits de diffusion ont en fait payé pour retransmettre les images officielles. Toutes les images en direct et les ralentis que vous voyez à la télé, ainsi que l'ordre dans lequel vous les voyez, sont contrôlées par Host Broadcast Service (HBS), une filiale d'une entreprise basée en Suisse que la Fifa a mandaté pour produire les images de la Coupe du monde.

Pourquoi le HBS filme-t-il les pénaltys depuis le côté? La caméra principale qui filme toutes les actions au football, aussi appelée Caméra 1, se trouve au milieu du terrain, en hauteur sur le côté. La plupart de l'action est vue à travers cette Caméra 1, et les pénaltys aussi. C'est comme ça que les téléspectateurs ont l'habitude de voir les matchs, c'est donc comme ça qu'ils les verront pendant cette Coupe du monde.

Lors de la séance de tirs au but entre le Brésil et le Chili, tous les plans en directs provenaient de la Caméra 1, et étaient suivis de ralentis depuis l'arrière du but (avec la caméra fixée en direction du visage du tireur) puis parfois d'un ralenti regardant au-dessus de l'épaule du tireur (la caméra fixée en direction du gardien de but).

En fait, ce dernier angle de vue est sans doute le meilleur pour voir les séances de tirs au but en direct: en plus de tout voir parfaitement (le plongeon du gardien, l'effet de la balle, etc.), il permet de mieux voir que depuis l'arrière du but, où les tirs sur les poteaux, par exemple, sont obstrués par... les poteaux.

La Fifa a préféré la tradition au bon sens lors de cette Coupe du monde 2014. Mais à quoi ressembleraient les séances si elle avait privilégié le bon sens?

Regardez ces images de la finale de la Ligue des champions 2008 entre Chelsea et Manchester United. A partir du deuxième pénalty, vous pouvez voir chaque tir depuis derrière le tireur.

Ou encore celles d'un bon souvenir français, le quart de finale face aux Pays-Bas à l'Euro 1996.

Pas de doute, aucune hésitation, on sait si chaque pénalty est réussi ou raté au moment où le ballon traverse la ligne. C'est beau à voir. Dommage qu'on ne voie pas les pénaltys comme ça à la Coupe du monde.

Josh Levin Rédacteur en chef de Slate.com

Newsletters

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

Organiser un Mondial ou des Jeux olympiques n'est pas rentable, mais peut entraîner des bénéfices en termes de diplomatie publique... à condition de bien s'y prendre.

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

Atteintes dermatologiques, maladies gastro-intestinales, fièvres... Le pire moment du Mondial, c'est le retour.

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

La Colombie aurait dû organiser la Coupe du monde en 1986. Mais en 1982, elle y a renoncé, largement encouragée par la FIFA qui s’était rendu compte de son erreur. Même histoire et «modus operandi» pour le Qatar et la Coupe du monde 2022?

Newsletters