Culture

Ecoutons un peu de Bobby Womack, chanteur de légende des seventies décédé à l'âge de 70 ans

Temps de lecture : 2 min

Pochette de l'album Lookin' For A Love Again (1974).
Pochette de l'album Lookin' For A Love Again (1974).

Légende de la soul, le chanteur, auteur, compositeur et guitariste Bobby Womack est mort le 27 juin à l'âge de 70 ans.

Womack a d'abord chanté dans un groupe de gospel fondé avec ses frères, Curtis Womack and the Womack Brothers, renommé plus tard The Valentinos, dont un single, It's all over now sorti en 1964 sera repris la même année par les Rolling Stones, devenant numéro au Royaume-Uni. Womack a ensuite été guitariste notamment pour Aretha Franklin, avant d'entamer une carrière solo au début des années 70, avec la sortie de plusieurs albums à succès.

Le magazine Billboard a fait la liste de ses 10 plus gros tubes dans les charts américains. La voici:


En 1972, il co-écrit avec J.J. Johnson la bande originale du film de blaxploitation Across 110th Street dont il interprète la chanson-titre. 25 ans plus tard, Quentin Tarantino rendra hommage à Womack et à la culture pop afro-américaine des années 70 en choisissant la chanson pour le générique de son film clin d'oeil, Jackie Brown, qui contient nombre de titres cultes de soul et de R&B.

Après l'apogée des années 70, Womack fera un premier come back en 1982 avec If You Think You're Lonely Now, passant les années suivantes à lutter contre son addiction à la drogue et ses problèmes de santé. Un ultime album, The Bravest Man in the Universe, sortira en 2012.

Slate.fr

Newsletters

C'est Erasmus qui m'a donné envie de voter aux élections européennes

C'est Erasmus qui m'a donné envie de voter aux élections européennes

Le documentaire «Les enfants d'Erasmus» disponible sur le site d'Arte m'a convaincue de voter, ne serait-ce que pour élargir ce programme d'études aux populations moins aisées.

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

Le film d’Elia Suleiman conclut en beauté une sélection globalement de très bon niveau. L’occasion de revenir aussi sur quelques outsiders marquants, sans oublier les inquiétudes à propos d’un système français menacé de fragilisation.

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

«Mektoub My Love: Intermezzo» pousse à l'extrême ce phénomène auquel nous sommes déjà soumis·es constamment, que ce soit au cinéma, à la télé ou dans les pubs.

Newsletters