Économie / Monde

Combien ça coûte un attentat? Malheureusement pas très cher

Temps de lecture : 2 min

Attentat de Londres le 7 juillet 2005, Russel square / Francis Tyers via Wikimedia Commons
Attentat de Londres le 7 juillet 2005, Russel square / Francis Tyers via Wikimedia Commons

Faire sauter une rame de métro ou un restaurant, combien ça coûte? Malheureusement les attaques terroristes sont plutôt bon marché. La radio américaine NPR se demande combien de dégâts les djihadistes de l’Etat islamique en Irak et au Levant pourront faire avec les deux milliards de dollars à leur disposition.

Un attentat à la bombe déjoué dans des trains de Cologne en 2006 n’avait coûté que 400 euros à préparer, a estimé Richard Barrett, un expert en contre-terrorisme.

Même des attaques très meurtrières, comme celles qui ont tué 57 personnes à Londres en 2005, n’ont coûté qu’environ 14.000 dollars, selon un rapport de l’ONU.

Les engins explosifs improvisés, qui font tant de mort en en Afghanistan peuvent être construits à partir de 300 euros pour une bombe contrôlable à distance, selon un rapport du Pentagone.

Les vestes explosives pour les attentats suicides? On peut en obtenir pour moins de 1.000 euros. Et quant aux attentats suicides dans des voitures explosives, c’est entre 10.000 et 15.000 euros, selon le prix de la voiture.

Newsletters

Réforme des retraites: la fermeté pour séduire l'électorat de droite?

Réforme des retraites: la fermeté pour séduire l'électorat de droite?

Le gouvernement s'est mis tous les partenaires sociaux à dos, hormis le Medef.

La bourde finale d'Édouard Philippe dans son discours sur la réforme des retraites

La bourde finale d'Édouard Philippe dans son discours sur la réforme des retraites

L'ultime exigence posée par le Premier ministre risque de rendre plus compliquée la sortie de crise, alors que le reste de son intervention était plutôt de nature à calmer le jeu.

Du Danemark à la Chine, la folle croissance du sapin de Noël

Du Danemark à la Chine, la folle croissance du sapin de Noël

L'arbre qui brillera dans un foyer français sur quatre fin décembre n'est pas épargné par les turbulences de la mondialisation.

Newsletters