Sports

Eloge de l'esquive

Temps de lecture : 2 min

Eloge de l'esquive est un éloge à la vie. Plutôt que d'affronter, dribbler, ruser, esquiver...

a little soccer on the paquari / woodleywonderworks via Flickr CC
a little soccer on the paquari / woodleywonderworks via Flickr CC

Eloge de l'esquive

Olivier Guez

ACHETER

Le Brésil. Non celui de la FIFA, de Nike et des chaînes télé. Ni celui des courbes de croissance. Au Brésil, si l’enfant n’est pas bien-né, rien ne lui est acquis.

«Entre elles, les oligarchies pratiquent la conciliation, par hantise de perdre leurs privilèges » raconte Olivier Guez, « et [elles] se barricadent derrière un système législatif et administratif opaque, un labyrinthe de verre dont nul ne sort s’il respecte les règles du jeu».

C’est qu’en plus d’être jeune et miséreux, l’enfant brésilien est noir, métissé, fils d’esclaves. Et la caste au pouvoir, blanche, attachée à ses racines européennes, n’est guère indulgente. Alors, plutôt que de se «rebeller contre les règles, (l’enfant des favelas) les contourne, n’obéit qu’aux siennes, fluctuantes, pour jouir de sa liberté, de ses bons plaisirs, en se moquant de l’ordre établi». Il va s’inventer le personnage du malandro … «à la frontière du bien et du mal, de la légalité et de l’illégalité». Bluffeur, provocateur, c’est un dribbleur social. Contourner plutôt que d’affronter, ruser, zigzaguer, improviser, suivre son intuition…

Le dribbleur du ballon rond n’est que l’incarnation du malandro, l’enfant des favelas. On est emmené à comparer avec la manière traditionnelle de gérer les conflits sociaux par la confrontation, l’approche manichéenne de la lutte des classes. Par-delà bien et mal, au Brésil, «l’ambiguïté est une valeur positive, car (son) histoire est une succession d’équivoques».

«L’enfance du dribble c’est la déstabilisation de l’adversaire, la transgression, mais sans commettre de crime ni faire usage de la force».

Point d’ennemi à tuer au Brésil, mais un compétiteur à vaincre. Des compétiteurs. Quand la vie n’est pas une guerre, elle est un jeu. Plutôt que d’affronter, dribbler. Ruser, esquiver, donner le rythme. L’Eloge de l’esquive est un éloge à la Vie. C’est le choix d’assumer la complexité, de miser sur l’intuition et de se méfier des pensées doctrinales qui a permis aux Brésiliens de conjuguer construction politique, intégration et développement. De bâtir une culture jeune, métissée, rayonnante. Tout n’est pas rose. Mais le «soft power» brésilien n’a rien à envier aux sociétés occidentales modernes.

La société brésilienne a inventé un art du dribble fait d’imagination, d’audace et de swing. Longtemps attachée à imiter le modèle culturel et politique européens, elle suit son chemin désormais, elle bénéficie de son image de «nation métisse, créative, sexy». À moins qu’en grandissant, l’enfant brésilien ne s’assagisse, pour perdre sa nonchalance et son audace. Tel semble être le regret de l'auteur.

Newsletters

Le football français a encore des buts à se fixer en matière d'écologie

Le football français a encore des buts à se fixer en matière d'écologie

Alors que les supporters comptent les jours précédant la reprise du championnat français, le sport le plus populaire de l'Hexagone n'a pas encore pris conscience de son impact environnemental.

Le vélo électrique à la conquête du grand public

Le vélo électrique à la conquête du grand public

Attrayant mais plus cher, le grand frère de la bicyclette traditionnelle cherche à s'imposer.

Être mascotte sportive est un métier à part entière (et peut rapporter gros)

Être mascotte sportive est un métier à part entière (et peut rapporter gros)

Les plus performantes et célèbres de ces personnes cachées derrière un costume peuvent toucher un salaire annuel à six chiffres.

Newsletters