Mondial 2014

Le foot, c'est le mal et la décrépitude morale. Les Américains devraient le détester. Comme leur compatriote Ann Coulter

Temps de lecture : 2 min

Des supporters américains, le 16 juin 2014, à Hermosa Beach, en Californie. REUTERS/Lucy Nicholson
Des supporters américains, le 16 juin 2014, à Hermosa Beach, en Californie. REUTERS/Lucy Nicholson

Pour beaucoup d'Américains, le foot est encore loin d'atteindre l'intérêt du football américain, du basket, du baseball ou du hockey.

Mais depuis le début de la Coupe du monde, les Américains semblent s'être pris de passion pour ce sport. Ce jeudi 26 juin, à l'occasion du match entre les Etats-Unis et l'Alllemagne, le record de visionnage en streaming sur la chaîne sportive ESPN a même été battu.

Mais une personne n'apprécie pas vraiment cette soudaine hype du soccer. Cette personne, c'est Ann Coulter.

Si vous ne savez pas qui est Ann Coulter, c'est le genre de personne qui après une tuerie comme celle de Newton demande qu'il y ait encore plus d'armes en feu en circulation.

Et elle n'aime pas vraiment le foot non plus.

Dans un article sur son blog, elle évoque neuf raisons pour lesquels les Américains ne devraient pas regarder la Coupe du monde et le foot plus généralement, et pourquoi «n'importe quel intérêt croissant pour le soccer ne peut être qu'un signe de la décrépitude morale nationale». Rien de moins.

Parmi les points abordés, le fait qu'un joueur ne puisse pas être décisif seul –Lionel Messi appréciera.

«Ils ont des MVP au soccer? Tout le monde court d'un côté du terrain puis de l'autre, et une fois, de temps en temps, un ballon rentre dans le but, un peu par hasard. Et là on est censé devenir fou. Moi, je dors déjà.»

Ce qui est faux, puisque la Fifa désigne l'homme du match à chaque rencontre.

Ou parce que ce n'est pas assez physique, et pas assez discriminant:

«Les mamans démocrates aiment le soccer parce que c'est un sport où le talent athlétique importe tellement peu que les filles peuvent jouer avec les garçons. Aucun sport n'est sérieux si filles et garçons peuvent jouer ensemble, et ce même à la maternelle.»

Et il n'y a pas assez d'humiliations dans le soccer:

«L'idée d'humiliation personnelle ou d'une blessure majeure est nécessaire pour que ça compte comme un sport. La plupart des sports sont simplement de la guerre sublimée.»

Si vous en voulez un peu plus, toute la liste est disponible ici. On attend la réaction d'Ann Coulter quand les Etats-Unis auront sorti la Belgique et essaieront d'aller chercher une place en demi-finale, d'un sport finalement assez inutile.

Slate.fr

Newsletters

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

Organiser un Mondial ou des Jeux olympiques n'est pas rentable, mais peut entraîner des bénéfices en termes de diplomatie publique... à condition de bien s'y prendre.

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

Atteintes dermatologiques, maladies gastro-intestinales, fièvres... Le pire moment du Mondial, c'est le retour.

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

La Colombie aurait dû organiser la Coupe du monde en 1986. Mais en 1982, elle y a renoncé, largement encouragée par la FIFA qui s’était rendu compte de son erreur. Même histoire et «modus operandi» pour le Qatar et la Coupe du monde 2022?

Newsletters