Mondial 2014

L'arbitre d'Uruguay-Italie qui n'a pas vu la morsure de Suarez est surnommé «Dracula»

Temps de lecture : 2 min

L'arbitre mexicain Marco Rodriguez lors du match entre l'Uruguay et l'Italie, le 24 juin. REUTERS/Toru Hanai
L'arbitre mexicain Marco Rodriguez lors du match entre l'Uruguay et l'Italie, le 24 juin. REUTERS/Toru Hanai

C'est une histoire presque trop belle pour être vraie.

Marco Rodriguez, l'arbitre d'Italie-Uruguay (celui qui n'a pas vu la morsure de Luis Suarez sur Giorgio Chiellini, quelques secondes avant le but de qualification de Diego Godin) est surnommé Dracula. Et ce surnom ne date pas du match.

C'est ce que raconte Chris Chase dans un court article sur For The Win. Le blog de USA Today s'intéresse à cette anecdote sortie par le New York Times:

«Marco Rodríguez est surnommé ainsi à cause de sa ressemblance avec une version du personnage diffusé à la télé mexicaine.»

La ressemblance est assez frappante, même si comme le précise FTW:

«Marco Rodríguez ne plaque plus autant ses cheveux en arrière, et n'a donc plus cette ligne de cheveux sur le front en forme de "v", si spécifique à Dracula. Mais on se doute que le surnom risque quand même de rester.»

Slate.fr

Newsletters

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

Organiser un Mondial ou des Jeux olympiques n'est pas rentable, mais peut entraîner des bénéfices en termes de diplomatie publique... à condition de bien s'y prendre.

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

Atteintes dermatologiques, maladies gastro-intestinales, fièvres... Le pire moment du Mondial, c'est le retour.

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

La Colombie aurait dû organiser la Coupe du monde en 1986. Mais en 1982, elle y a renoncé, largement encouragée par la FIFA qui s’était rendu compte de son erreur. Même histoire et «modus operandi» pour le Qatar et la Coupe du monde 2022?

Newsletters