Parents & enfants / Boire & manger

Oui, il y a une appli vraiment pour tout: aujourd'hui, le pétomètre

Temps de lecture : 2 min

Vous scannez le code barre d’un aliment au supermarché et votre smartphone indique son potentiel à générer des pets. Sérieusement les développeurs?

REUTERS/Navesh Chitrakar
REUTERS/Navesh Chitrakar

Il y a une application iPhone pour tout. Même les flatulences. Avec Fart Code (le code des pets), vous scannez le code barre d’un aliment au supermarché et votre smartphone indique son potentiel à générer des pets. Les créateurs de Fart Code pensent ainsi pouvoir aider les enfants et les ados à faire plus attention à ce qu’ils mangent.

«Montrons leur ce qu’il y a dans leur nourriture, et de quelle façon ça les fera péter», résume Chris Allick, un des designers.

Le «pétomètre» de l’appli estime aussi le degré de puanteur des gaz, allant de «puant» à «toxique». Les informations nutritionnelles sont tirées d’un site sérieux, Nutritionix, et les designers ont parlé à plusieurs docteurs pour vérifier leurs prévisions en termes de flatulence.

Mais pensent-ils vraiment aider les ados à arrêter la junk food grâce à la menace du ballonnement?

«Cela encouragera peut être les jeunes à parler nutrition avec leurs parents», affirme Chris Allick, optimiste. Résumons: les créateurs de Fart Code parient sur le fait qu’un ado va aller parler de ses pets avec ses parents, et que cela va mener à une discussion sur une alimentation équilibrée. Un scénario hautement improbable.

Slate.fr

Newsletters

Halloween est un désastre écologique

Halloween est un désastre écologique

Les Américain·es dépenseront 8,8 milliards de dollars cette année en bonbons, costumes et décorations jetables.

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

En théorie, elles sont plus sexy que les leçons de grammaire. En pratique, parfois beaucoup moins.

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

Pour les «childfree» qui invoquent des raisons d'ordre psychologique, c'est la double peine: aux injonctions de procréer s'ajoute le tabou des troubles mentaux.

Newsletters