Tech & internetEconomie

Google se lance dans un nouveau secteur: la vente des noms de domaines

Alison Griswold, traduit par Andréa Fradin, mis à jour le 25.06.2014 à 13 h 00

Le service en lui-même n'est pas nouveau, mais vous pourrez désormais réserver votre monsitetropbien.com en passant par le géant du web.

Comme vous l'avez probablement entendu, Internet est au bord d'une expansion radicale. Les traditionnels suffixes des sites, les .com et les .fr par exemple, vont bientôt être rejoints par des centaines de nouveaux noms de domaines dits de premier niveau: .camera, .sexy, .fail, et .guru –pour n'en citer que quelques-uns (nous vous avons aussi parlé du problème posé par les .vin ou .wine). Chaque domaine additionel est un territoire inexploré. Et Google a signalé qu'il voulait aider à leur conquête, en en prenant la tête.

Google a tranquillement annoncé ce lundi 23 juin qu'il allait commencer à tester un nouveau service, Google Domains, qui permettra aux gens d'enregistrer leurs domaines. Les utilisateurs ayant un accès à la version beta –sur invitation seulement– pourront acheter ou transférer des domaines standards tels que .com pour 12 dollars l'année.

L'enregistrement privé, qui protège les données personnelles comme le nom, l'adresse, entre autres informations de contact, n'entraînera aucun frais supplémentaire, et chaque domaine sera assorti de 100 adresses emails (tels que [email protected]_nom.com)

En revanche, quand il s'agit de domaines inconnus, comme .guru, les détails du service de Google sont plus flous. Joe Osborne, un porte-parole de Google, explique que le tarif n'est pas encore déterminé pour ces nouveaux domaines de premier niveau. C'est en partie parce que Google possède certains de ces nouveaux domaines, quand d'autres sont détenus par d'autres bureaux d'enregistrement de noms de domaines, ou registrars. Google n'a pas encore rendu publique la liste des nouveaux noms de domaines qu'il offrira.

Cette percée dans l'enregistrement des noms de domaines est conçue par Google comme l'une des composantes d'une stratégie plus large, qui consiste à aider les petites entreprises à étoffer leurs opérations en ligne et à naviguer sur le web. Il y a deux semaines, l'entreprise a lancé Google My Business, une palette de services gratuits à destination des patrons de petites entreprises. Plus tôt dans le mois, PayPal a également sorti une boîte à outils similaires pour créateurs de petites entreprises, PassPort.

Les tarifs des domaines de Google sont à peu près comparables à ceux d'autres registrars majeurs, tels que GoDaddy et Namecheap. Ceci dit, des fonctionnalités comme l'enregistrement privé et la création d'adresses mail associées à des domaines spécifiques qui sont réalisées gratuitement avec Google Domains peuvent souvent coûter plus cher chez d'autres sites. L'option de confidentialité commence à 7,99 dollars pour un site en .com chez GoDaddy et le mail à 3,99 dollars par mois.

Google mise aussi probablement sur la reconnaissance et la fiabilité de sa marque pour prendre l'avantage sur GoDaddy –champion des malversations et des publicités grossières– qui vient de déposer ce mois de juin un dossier d'introduction en bourse. Mike McLaughlin, vice-président de GoDaddy, a indiqué à The Street que Google restait un de leurs «précieux partenaires». Il va sans dire que l'entreprise pourrait avoir un point de vue différent sur l'incursion de Google dans les noms de domaine une fois que son offre arrivera vraiment sur le marché.

 

Alison Griswold
Alison Griswold (6 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte