Mondial 2014

Un psychologue britannique avait prédit que Suarez mordrait une nouvelle fois

Temps de lecture : 2 min

Giorgio Chiellini après avoir été mordu par Luis Suarez pendant Italie-Uruguay le 24 juin 2014 à Natal, Brésil, REUTERS/Yves Herman
Giorgio Chiellini après avoir été mordu par Luis Suarez pendant Italie-Uruguay le 24 juin 2014 à Natal, Brésil, REUTERS/Yves Herman

Luis Suarez a recommencé. Lors du dernier match de groupe, face à l’Italie, l’Uruguayen a mordu l’épaule de Giorgio Chiellini. Il n’a pas été expulsé et l’Uruguay s’est qualifié pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde, aux dépends de l’Italie (1-0).

Le problème, c'est que ce n'est pas la première fois que Luis Suarez mord un autre footballeur. En 2013, au cours d’un match de Premier League entre Liverpool et Chelsea, Suarez s’en était pris au bras du défenseur serbe, Branislav Ivanovic.

En 2010, alors qu’il jouait à l’Ajax Amsterdam, il avait mordu le cou du milieu du PSV Eindhoven, Otman Bakkal.

Comme le précise le quotidien sportif espagnol As, qui a retrouvé un article de la BBC mardi soir, un psychologue du sport, le Dr. Thomas Fawcett, de l’université de Salford avait prévu que l’Uruguayen récidiverait:

«Le Dr. Fawcett pense que cette thérapie n’aura probablement aucun effet. “C’est en lui”, explique-t-il. “Je dirais que dans les cinq prochaines années, si quelque chose venait toucher la corde sensible de Suarez dans une situation similaire, il réagirait de la même façon.”»

Il ne lui aura fallu qu’un peu plus d’un an.

Le geste est d’autant plus surprenant qu’il n’est pas commun, en dehors de crimes violents ou sexuels, précise, à la BBC, le professeur David Wilson, un criminologue de l’université de Birmingham. On voit par exemple cela assez rarement dans des disputes dans des pubs.

«Il faut se rapprocher de votre victime pour la mordre et si vous êtes trop près, elle peut vous faire mal –donc vous préférerez probablement un coup de poing. Les morsures, c’est un truc de niche.»

En 2013, quelques jours après la morsure de Suarez sur Ivanovic, la BBC avait donc demandé au psychologue du sport Thomas Fawcett ce qu’il en pensait:

«Ce n’est pas quelque chose de préparé –c’est une réponse émotionnelle très spontanée. Il fait cela sans réfléchir. […] Les morsures sont souvent un signe de frustration. Une réponse négative quand la tension atteint un point de non-retour.»

En 2013, Suarez avait souffert pendant très longtemps face au défenseur de Chelsea, ce qui avait engendré beaucoup de frustration chez lui.

La BBC précise qu’à l’époque, on lui avait proposé une thérapie pour gérer sa colère. Apparemment, cela n’a pas vraiment fonctionné. Ce mardi 24 juin, face à l’Italie, l’attaquant uruguayen n’arrivait pas non plus à trouver la faille au sein de la défense italienne.

Slate.fr

Newsletters

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

Organiser un Mondial ou des Jeux olympiques n'est pas rentable, mais peut entraîner des bénéfices en termes de diplomatie publique... à condition de bien s'y prendre.

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

Atteintes dermatologiques, maladies gastro-intestinales, fièvres... Le pire moment du Mondial, c'est le retour.

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

La Colombie aurait dû organiser la Coupe du monde en 1986. Mais en 1982, elle y a renoncé, largement encouragée par la FIFA qui s’était rendu compte de son erreur. Même histoire et «modus operandi» pour le Qatar et la Coupe du monde 2022?

Newsletters