Sports / Mondial 2014

La photo qui prouve que Luis Suarez a bien mordu Giorgio Chiellini

Temps de lecture : 2 min

Giorgio Chiellini après avoir été mordu par Luis Suarez pendant Italie-Uruguay le 24 juin 2014 à Natal, Brésil, REUTERS/Tony Gentile
Giorgio Chiellini après avoir été mordu par Luis Suarez pendant Italie-Uruguay le 24 juin 2014 à Natal, Brésil, REUTERS/Tony Gentile

L'Uruguay s'est qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde, ce mardi 24 juin, en battant l'Italie 1-0 à Natal, éliminant par la même occasion les coéquipiers du magicien Andrea Pirlo.

L'image que l'on retiendra de ce match n'est pourtant pas le but du capitaine uruguayen Diego Godin, mais plutôt l'attaquant vedette Luis Suarez mordant le défenseur italien Giorgio Chiellini avant de s'effondrer à terre comme s'il venait de recevoir un coup qui mettait sa vie en danger.

Si la morsure n'était pas évidente au premier coup d'oeil, elle ne fait pas de doute sur la photo ci-dessus.

C'est la troisième fois de sa carrière que Luis Suarez, l'un des meilleurs attaquants du monde, mord un adversaire. Le geste résume bien l'ambiance de ce match, qui s'est joué sur un rythme haché par les nombreuses fautes et exagérations dans les deux camps.

Grégoire Fleurot Journaliste

Newsletters

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Foot, natation, danse ou musique?

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Alors que le club occitan joue son maintien en Ligue 1, un dernier carré de supporters tente de résister aux résultats décevants.

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les soirs de victoire, l’Olympique de Marseille, qui dispute ce mercredi 16 mai la finale de la Ligue Europa, met le feu à toute une ville. Mais pour les journalistes, souvent fans de l'équipe phocéenne, certaines limites professionnelles s'imposent.

Newsletters