Culture

Ken Loach: «Le soutien du cinéma français a été crucial pour nous»

Temps de lecture : 2 min

Visionnez la masterclass donnée il y a dix jours au Forum des Images à Paris par le réalisateur britannique, Palme d'or en 2006 pour «Le Vent se lève».

Ken Loach lors de la projection de «Jimmy's Hall» à Cannes, le 22 mai 2014. REUTERS/Benoît Tessier.
Ken Loach lors de la projection de «Jimmy's Hall» à Cannes, le 22 mai 2014. REUTERS/Benoît Tessier.

Le réalisateur britannique, quelques semaines après avoir présenté à Cannes son dernier film, Jimmy's Hall, était le 14 juin à Paris pour une masterclass donnée au Forum des Images. Ken Loach y a discuté de l'évolution de ses films, de la distinction entre fiction et documentaire, de son rapport aux spectateurs, de l'envie de «donner la parole à ceux qui ne l'ont pas»...

Vous pouvez regarder la masterclass en intégralité ici, en VO (pour voir la VF, ça se passe ici).

Vous pouvez aussi regarder deux extraits. Le premier parle de l'importance des batailles menées par la France pour l'indépendance et la qualité du cinéma mondial. Le second évoque la façon dont les Etats-Unis sont perçus comme un Etat pacifique et protecteur, ce qu'ils ne sont pas toujours, selon le cinéaste.

Les extraits en VF sont à retrouver ici et ici.

Charlotte Pudlowski journaliste, créatrice et rédactrice en chef du podcast Transfert

Newsletters

Éclat et zones d'ombre de «J'accuse»

Éclat et zones d'ombre de «J'accuse»

La transposition à l'écran de l'affaire Dreyfus est un thriller historique mené avec maestria, où Roman Polanski suggère un très contestable parallèle avec sa propre situation.

Mentalisme, voyance et charlatans, où est l'arnaque?

Mentalisme, voyance et charlatans, où est l'arnaque?

Les mentalistes lisent dans vos pensées, devinent votre code de carte bleue, et sont parfois capables de tordre des cuillères par la force de l'esprit. Mais les techniques de ces magicien·nes peuvent aussi être utilisées par des charlatans, qui...

Il y a trop de gens qui écrivent des livres (et on ne les voit pas)

Il y a trop de gens qui écrivent des livres (et on ne les voit pas)

Plus de la moitié de la population française aimerait se tourner vers l'écriture. Pourtant, le livre est un produit en déclin et son marché, ultra-concurrentiel.

Newsletters