Monde

Le mort assis ou debout, les nouvelles funérailles hétérodoxes de la Nouvelle-Orléans

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 24.06.2014 à 15 h 34

Repéré sur The New York Times, AP, Nola

Le concept viendrait de Puerto Rico.

Funérailles traditionnelles à la Nouvelle-Orléans en 2007.  REUTERS/Lee Celano

Funérailles traditionnelles à la Nouvelle-Orléans en 2007. REUTERS/Lee Celano

La Nouvelle Orléans est connue pour ses traditions funéraires peu orthodoxes, avec des processions jazz animées où les proches sont encouragés à danser pour célébrer la vie du défunt. Mais une nouvelle mode plus étrange a récemment émergé. Au lieu de reposer dans leurs cercueils lors de la veillée, certains morts sont exposés, assis ou debout, dans des situations du quotidien.

Le New York Times raconte ainsi la veillée funèbre de Miriam Burbank, 53 ans, dont le corps était assis à une table où étaient posés sa bière et ses cigarettes préférées. Elle portait des lunettes de soleil et un vernis à ongles aux couleurs de son équipe de foot favorite. Une scène digne du Musée Grévin, mais avec un vrai cadavre embaumé.

C’était une idée des filles de la défunte, qui voulaient une cérémonie unique pour commémorer leur mère. Le directeur des pompes funèbres, Louis Charbonnet, explique avoir déjà organisé deux veillées du même genre. Sa femme était un peu sceptique, mais un prêtre lui a confirmé que ce n’était pas sacrilège.

Quelques mois avant, le corps d’une mondaine de 83 ans était présenté sur un fauteuil avec une robe à fleurs, un boa rose et un verre de champagne à la main. Et en 2012, il y a eu Lionel Batiste, un musicien dont le corps était tenu debout sur une canne.

Debout en habit de boxe, déguisé en Che Guevara...

Le concept semble venir de Puerto Rico, où en 2008, un jeune mort de 24 ans a été embaumé et attaché contre un mur (un souhait qu’il avait apparemment exprimé de son vivant). Il a rapidement été surnommé «le mort debout», et est devenu célèbre post mortem.

Inspirés par cette démarche, d’autres Portoricains ont choisi d’être embaumés sur leurs motos, debout en habit de boxe, déguisé en Che Guevara avec un cigare à la main, ou assis tranquillement sur un rocking-chair.  L’entreprise de pompes funèbres spécialisée reçoit désormais de nombreux appels de clients qui préparent déjà la veillée de leurs rêves, avec les poses et décors de leur choix.

Selon sa directrice, «les membres de la famille souffrent moins, car ils voient leur proche dans une situation plus plaisante et familière, comme s’il était encore en vie».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte