Mondial 2014 / Sports

Le sélectionneur mexicain Miguel Herrera est la meilleure source de GIF de la Coupe du monde

Temps de lecture : 2 min

Le Mexique a battu la Croatie 3-1 et s'est qualifié pour les huitièmes de finales de la Coupe du monde, lundi 23 juin. Autant vous dire que Miguel Herrera, le sélectionneur de la «Tri», était heureux de ce résultat. Très, très heureux.

Mais pardon, on va un peu trop vite. Au début, Miguel Herrera n'était pas content –pas content du tout– quand l'arbitre a refusé de siffler une main des Croates.

Mais ensuite, le Mexique a marqué! Et voici la réaction d'Herrera.

Puis ils ont marqué à nouveau!

Le Mexique a aussi inscrit un troisième but, mais si on inclut ce GIF, l'Internet risque d'exploser.

On va quand même essayer, avec le plus grand GIF de l'histoire des GIF. Celui-ci date de l'époque où il entraînait Club América, une équipe mexicaine.


Miguel Herrera et le Mexique affronteront les Pays-Bas, dimanche. Ce devrait être un beau match. Mais il n'y a aucune chance que ce qui se passe sur le terrain soit plus divertissant que cet homme sur le banc mexicain.

Josh Levin Rédacteur en chef de Slate.com

Newsletters

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

Organiser un Mondial ou des Jeux olympiques n'est pas rentable, mais peut entraîner des bénéfices en termes de diplomatie publique... à condition de bien s'y prendre.

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

Atteintes dermatologiques, maladies gastro-intestinales, fièvres... Le pire moment du Mondial, c'est le retour.

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

La Colombie aurait dû organiser la Coupe du monde en 1986. Mais en 1982, elle y a renoncé, largement encouragée par la FIFA qui s’était rendu compte de son erreur. Même histoire et «modus operandi» pour le Qatar et la Coupe du monde 2022?

Newsletters