Économie / Société

Des habitants de Detroit demandent l'intervention de l'ONU pour revendiquer leur droit à l’eau

Temps de lecture : 2 min

Dans la ville en faillite, ils revendiquent leur droit à l'eau.

La «skyline» de Detroit en 2008. REUTERS/ Mike Cassese
La «skyline» de Detroit en 2008. REUTERS/ Mike Cassese

Pas besoin d’être un pays pauvre et en guerre pour demander une intervention de l’ONU: c’est aussi possible à Detroit. La ville, déclarée en faillite l’année dernière, a commencé à couper l’eau à 150.000 de ses résidents qui ne payaient plus leurs factures. Désespérés, ces habitants font appel au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme pour revendiquer leur droit à l’eau.

«Nous demandons au rapporteur spécial de l’ONU d’expliquer au gouvernement américain que le droit à l’eau de ces habitants a été violé», a déclaré Maud Barlow, une militante au sein de l’association qui a envoyé un rapport à l’ONU .

Ces dix dernières années, le taux de pauvreté et le prix de l’eau ont augmenté de concert à Detroit. Les factures d’eau sont de 55 euros par mois en moyenne, soit près de deux fois plus cher que dans la plupart des villes américaines.

A peu près la moitié des clients du service municipal des eaux ne payent pas leurs factures, et en tout, ils doivent 118 millions de dollars à la ville.

Newsletters

Le nouveau pouvoir d'attraction de Marseille

Le nouveau pouvoir d'attraction de Marseille

La cité phocéenne accueille chaque année de nouveaux habitants. Mais les premiers à répondre présents ne restent que le temps des vacances.

Ne parlez plus jamais de «pensions alimentaires»

Ne parlez plus jamais de «pensions alimentaires»

«Violences économiques». Le terme est apparu dans les médias en 2018, avec les manifestations des «gilets jaunes». Il désigne un phénomène lié au couple désormais bien connu dont il faut prendre conscience: de même qu'on ne doit pas accepter les...

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

S'il réactivait l'accord transpacifique duquel Trump s'était retiré, le futur président des États-Unis troublerait la toute nouvelle plus grande zone de libre-échange au monde.

Newsletters