«On a taillé une pipe aux Américains», estime le ministre des Affaires étrangères polonais

Radoslaw Sikorski, ministre des Affaires étrangères le 10 juin 2014. REUTERS / Alexander Demianchuck

Radoslaw Sikorski, ministre des Affaires étrangères le 10 juin 2014. REUTERS / Alexander Demianchuck

Le scandale des écoutes illégales en Pologne n’est pas prêt de s’arrêter. C’est au tour du  ministre des Affaires étrangères polonais d’être au cœur de la polémique. D'après la retranscription de l'enregistrement publié par l'hebdomadaire Wprost dimanche 22 juin, Radoslaw Sikorski aurait affirmé que  l’alliance entre les Etats-Unis et la Pologne «ne vaut rien». Elle serait même «nuisible».

Le ministre des Affaires étrangères s’inquiète de l’alliance avec les Etats-Unis car elle pourrait nuire aux relations avec ses deux voisins les plus importants: la Russie et l’Allemagne.

Et il le fait savoir dans un langage très cru, comme le rapporte Buzzfeed:

«L’alliance américano-polonaise ne vaut rien. Elle est même nuisible, car elle crée un faux sentiment de sécurité. On va entrer en conflit avec les Allemands et les Russes, et on va penser tout va bien parce qu’on a taillé une pipe aux Américains. Des pigeons («suckers» dans le texte), on est vraiment des pigeons.»

Des enregistrements secouent la classe politique polonaise depuis le 15 juin. A tel point que le Premier ministre Donald Tusk évoque des élections anticipées. L’hebdomadaire Wprost avait publié une conversation enregistrée entre le gouverneur de la Banque centrale polonaise et le ministre de l’Intérieur.

Dans la conversation, le gouverneur de la Banque centrale, Marek Belka était prêt à donner un coup de pouce pour le budget de l'Etat en échange de la démission du ministre des Finances, Jacek Rostowski. Ces révélations ont été interprétées comme du trafic d’influence. L’opposition a réclamé la démission du gouvernement actuel.

Partager cet article