Coupe du monde 2014Sports

Pourquoi les supporters mexicains vont hurler «Pepsi» lors du match contre la Croatie

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 23.06.2014 à 13 h 04

Repéré sur Notimex, El Universal

Des fans mexicains lors du match contre le Brésil, le 17 juin à Fortaleza. REUTERS/Mike Blake.

Des fans mexicains lors du match contre le Brésil, le 17 juin à Fortaleza. REUTERS/Mike Blake.

Critiqués par une partie de la presse mexicaine et objet d'une enquête de la Fifa, les fans de la «Tri» ont promis de ne plus utiliser le mot «puto» à l'encontre du gardien adverse lors du dernier match de poule du Mexique face à la Croatie, ce lundi 23 juin à Recife. Mais ils réservent une surprise à la Fifa, selon le journal mexicain SDP Noticias:

«Le célèbre "Puto" sera remplacé par "Pepsi", en référence à l'un des plus gros sponsors de la Fifa, Coca-Cola, ce qui devrait faire pas mal de publicité à la marque concurrente. Comme avec l'autre terme, les supporters mexicains le crieront dès que le portier adverse sera sur le point de dégager le ballon.»

Toute l'affaire a commencé avec une remontrance de la Fifa. Comme l'explique l'agence de presse mexicaine Notimex, «la Fifa a ouvert une enquête contre le Mexique pour de supposés chants homophobes de ses supporters envers le gardien du Cameroun Charles Itandje pendant le match entre les deux équipes», le 13 juin (1-0). En cause, raconte l'agence, l'utilisation du mot «puto» (un terme jugé homophobe) lors des dégagements du portier camerounais.

 

 

La Fifa a confirmé l'ouverture d'une enquête, comme le rapporte The Advertiser, un taboïd australien. L'organisation explique qu'elle a été contactée par Fare, une organisation qui lutte contre les discriminations.

Elle rappelle ensuite que:

«La Fifa adopte une position ferme de tolérance zéro en ce qui concerne toute forme de discrimination et de racisme, comme entériné dans ses statuts.»

Ce chant «Puto» est très présent au Mexique, comme l'explique le quotidien local El Universal:

«L'expression "puto" est un terme qui s'utilise souvent en Amérique latine pour faire référence aux homosexuels. Elle est aussi utilisée depuis des années par les fans mexicains lors des dégagements des gardiens et, un peu comme la ola, c'est devenu une tradition dans les stades mexicains.»

Un peu comme le «Oh hisse enculé» dans les stades français, en somme.

 

 

Reste à savoir si les fans mexicains pourront effectuer cette «expérience» pendant plus d'un match. Pour cela, il leur faudra prendre un point contre la Croatie ou compter sur une lourde défaite du Brésil dans l'autre rencontre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte