Sports / Mondial 2014

Deux buts en 51 secondes: en 1978, les Pays-Bas avaient fait encore plus vite que les Bleus

Temps de lecture : 2 min

Quand Giroud et Matuidi ont assommé la Suisse avec deux buts en 66 secondes, vendredi soir, de nombreux amateurs de football se sont posés la question: s'agit-il d'un record de rapidité en Coupe du monde? S'il est difficile de savoir avec certitude quelle équipe a déjà enchaîné deux buts le plus vite (les chronométrages étaient assez artisanaux lors des premières compétitions, comme l'attestent les péripéties autour du trophée du but le plus rapide de l'histoire du tournoi), on sait en tout cas qu'il ne s'agit pas du record. Selon Opta, cité par L'Équipe, les Bleus ont en fait réalisé la meilleure performance depuis 1978, quand les Pays-Bas avaient fait mieux de quinze secondes:

«66. C'est le temps, en secondes, entre le premier but français [...] et le deuxième [...], plus petit écart en Coupe du monde depuis les Pays-Bas contre l'Autriche (5-1) le 14 juin 1978 (51 secondes entre le but de Rensenbrink et celui de Rep).»

Le premier but des Oranje avait été inscrit sur penalty à la 35e minute du match, avant qu'un tir autrichien contré ne leur fournisse dans la foulée l'opportunité d'une contre-attaque foudroyante, lors de laquelle Rensenbrink offrit à Rep l'occasion d'inscrire un joli lob.

Slate.fr

Newsletters

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Foot, natation, danse ou musique?

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Alors que le club occitan joue son maintien en Ligue 1, un dernier carré de supporters tente de résister aux résultats décevants.

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les soirs de victoire, l’Olympique de Marseille, qui dispute ce mercredi 16 mai la finale de la Ligue Europa, met le feu à toute une ville. Mais pour les journalistes, souvent fans de l'équipe phocéenne, certaines limites professionnelles s'imposent.

Newsletters