Culture

Louis C.K., l'authentique «freak et geek»

Alexandre Hervaud, mis à jour le 21.06.2014 à 19 h 31

Le temps d'un double épisode mémorable, la série «Louie» a ravivé l'esprit de série culte produite par Judd Apatow.

«Depuis que j'fume plus d'shit» – Louis C.K. (DR).

«Depuis que j'fume plus d'shit» – Louis C.K. (DR).

La quatrième saison de la série Louie s'est achevée lundi dernier avec la diffusion outre-Atlantique des deux derniers épisodes –rien d'exceptionnel dans ce dispositif puisque cette saison a été expédiée en un mois, la chaîne FX ayant proposé deux épisodes chaque semaine.

Accentuant le tournant dramatique déjà esquissé lors de la saison précédente, l'humoriste-réalisateur-scénariste-monteur Louis C.K? s'est à nouveau livré à un fragile travail d'équilibriste, mixant autobiographie réaliste, humour absurde et virages pathétiques (au sens noble du terme) parfois déroutants, mais toujours touchants.

On pourrait se focaliser comme d'autres l'ont déjà fait sur la façon qu'a l'auteur-interprète de dépeindre sa relation aux femmes (conquêtes, ex-femmes, filles...), voire débattre ad nauseam sur la scène polémique où le personnage de Louie tente d'abuser d'une amie (lire à ce titre la conversation entre deux critiques de Vulture), mais la découverte de l'avant-dernière fournée d'épisodes (le diptyque In the woods) donne plutôt envie de s'attarder sur la curieuse impression de familiarité qui se dégage de ce double épisode.

Impossible en effet de ne pas penser à la perle Freaks and Geeks, petit bijou de série créée par Paul Feig et produite par Judd Apatow le temps d'une unique saison de 18 épisodes entre 1999 et 2000.

«Man, I hate high school»

In the woods se situe durant l'année scolaire 1980-1981, période durant laquelle Louis CK a 13 ans et vit son adolescence embrumée par la marijuana fumée entre potes dans le Massachusetts. 1980-1981, c'est également la parenthèse dépeinte par Freaks and Geeks. C'est peu dire que cette coïncidence temporelle n'est pas le seul point commun entre la série culte ayant révélé James Franco, Seth Rogen et Jason Segel (entre autres!) et l'échappée 80s tout en flashbacks de Louie.

Pour mémoire, Freaks and Geeks –hélas toujours inédit en vidéo sous nos latitudes– ça donnait ça.

Pour écrire la série, le scénariste et réalisateur Paul Feig –de cinq ans l'aîné de Louis CK– s'était fortement inspiré de sa propre expérience dans le Michigan. Slate.com vient à ce titre de publier un extrait de la bible du show écrite par Feig, tiré de l'ouvrage Poking a Dead Frog: Conversations With Today’s Top Comedy Writers, signé Mike Sacks (sortie le 24 juin prochain chez Penguin Books). On peut notamment y lire:

«Ce show doit être vrai. Les ados de cette série parleront comme de vrais ados. Ils ne devront jamais être trop malins ni sonner comme des adultes […] ni parler comme si le scénariste se disait ''Maintenant que j'ai 30 ans, je sais ce que je dirais au lycée dans cette situation, donc je vais écrire à ce gamin une réplique bien envoyée''».

Rappelons que la série Dawson était déjà à l'antenne depuis quelques années au moment de l'écriture de ce texte...

Cette volonté de réalisme –qui est pourtant loin d'être une caractéristique constante de Louie, souvent amateur d'onirisme et d'absurde– se retrouve dans ce double épisode. Malgré un style formel de mise en scène différent (tournage en caméra portée légère) qui traduit les années le séparant de Freaks and Geeks, In the woods ne s'éloigne guère des souvenirs de l'auteur qui, comme sa version ado fictionnelle, a bel et bien volé des balances (quatorze!) au laboratoire de son lycée pour se payer de l'herbe à l'adolescence. Il évoquait notamment cette improbable entreprise criminelle dans un sketch en 2006.

«J'étais si défoncé pendant cette année. C'était énorme. Il est possible que ce soit la meilleure période de ma vie», déclare ainsi Louis C.K. dans l'extrait ci-dessus. À l'image de sa réaction paternelle finale (les flashbacks de l'épisode débutent lorsque Louie découvre que sa jeune fille de 12 ans a fumé un joint), Louis C.K. se refuse ainsi à jouer les père la morale, à verser dans l'autoflagellation tardive ou à se chercher des excuses. Exactement comme le faisaient Paul Feig et Judd Apatow dans la si précieuse Freaks and Geeks

On ne sait à l'heure actuelle quand la cinquième saison de Louie débutera. Pire: le diffuseur FX n'a toujours pas confirmé le renouvellement de la série pour une nouvelle fournée d'épisodes. Pas de date non plus quant à la diffusion en France sur OCS de cette étonnante quatrième saison.

PS: dans l'épisode, c'est Jeremy Renner (Avengers, American Bluff) qui incarne le rôle du dealer mi-cool, mi-inquiétant. Une autre guest star de luxe devait également rejoindre le casting le temps de cet épisode: le regretté Philip Seymour Hoffman, décédé avant le tournage. L'épisode lui est dédié.

Alexandre Hervaud
Alexandre Hervaud (231 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte