La NASA travaille sur un vaisseau spatial capable de dépasser la vitesse de la lumière

IXS Enterprise NASA

IXS Enterprise NASA

«Une expérience de voyage à la Star Trek n'est pas inenvisageable de notre vivant», explique Harold White, ingénieur à la Nasa, dans une interview accordée au site américain Gizmodo. Depuis quatre ans, la Nasa investit dans la création d'un moteur à distorsion. S'il fonctionne et s’il est monté sur un vaisseau, ce procédé pourrait réduire des voyages spatiaux de plusieurs milliers d'années à quelques jours. A nous l’univers!

Le vaisseau baptisé IXS Enterprise n’existe aujourd’hui que dans l’imagination d’un artiste, le néerlandais Mark Rademaker, et s’inspire ouvertement de l’USS Enterprise, la série américaine télévisée culte qui a popularisé dans les années 1960 les voyages interstellaires. Au lieu de se déplacer à toute vitesse entre deux points, le vaisseau réduit la distance entre ces points en «pliant» le tissu spatial. C’est exactement ce que veut faire la NASA.

L’image de l’IXS Enterprise montre l’avant d’un vaisseau en forme de soucoupe entre deux gigantesques anneaux. Ces anneaux sont, en théorie, la clé d’une vitesse de déplacement supérieure à celle de la lumière. Harold White et son équipe ont développé de nouvelles théories atour du concept de Alcubierre Drive. Développé par le physicien Miguel Alcubierre, ce concept est une façon de contourner la théorie de la relativité d’Albert Einstein qui explique qu’aucune vitesse dans l’univers ne peut excéder celle de la lumière.

Comme dans Star Trek, Miguel Alcubierre considère qu’il faut donc courber l’espace autour du vaisseau et réduire ainsi considérablement la distance à parcourir.

Il s’agit aujourd’hui avant tout d’un rêve même si le Docteur White est bien réel tout comme les images de l’IXS Enterprise que l’on peut voir ici. Ces images sont d’ailleurs devenues virales. Mais elles ne correspondent à rien de concret et le laboratoire qui travaille sur ce projet a des moyens modestes.

Harold White n'en est qu'à l'étape théorique. En novembre dernier, lors d'une conférence à Phoenix (vidéo en anglais), l'ingénieur présente son concept devant une assemblée de scientifiques. Le but immédiat est de créer une «bulle de distorsion» à petite - et même très petite - échelle. «D'abord autour de masses microscopiques», puis, si les tests sont concluants, «de petits objets».

En tout cas une chose est certaine. Si l’homme veut se déplacer dans la galaxie, il doit développer des vaisseaux beaucoup beaucoup plus rapides que ceux qui existent aujourd’hui. Le satellite Helios, prévu pour 2018, devrait atteindre les 720 000 km/h. Une vitesse record, mais il faudrait près de 7 000 ans pour atteindre l'étoile voisine de Proxima du Centaure.

Partager cet article