Mondial 2014

Benzema 2014 comme Zico 1978: et l'arbitre siffla trop tôt

Temps de lecture : 2 min

La France remporte face à la Suisse son second match du Mondial 5-2.

Benzema croit avoir marqué, mais non. Reuters.

Karim Benzema a inscrit trois buts lors de ses deux premiers matchs en Coupe du monde. Il aurait pu améliorer son tableau de chasse dans le match de vendredi soir face à la Suisse, remporté par les Bleus 5 à 2. Un pénalty raté en première mi-temps et une reprise magique refusée par l'arbitre, le néerlandais Björn Kuipers... parce que l'attaquant français a frappé une seconde après le coup de sifflet final.

Une décision d'autant plus étrange que les Bleus développaient alors un ultime mouvement offensif. Même Didier Deschamps y a cru:

Ce but refusé n'est pas sans rappeler la mésaventure de l'attaquant brésilien Zico, lors du match du premier tour du Mondial 1978 entre la Seleçao et la Suède à Mar del Plata. 1-1 dans les arrêts de jeu, on joue les ultimes secondes. Sur un corner tiré par Nelinho pour les Brésiliens alors que le chronomètre affiche 45'04'', Zico place une tête rageuse. Mais l'arbitre du match, le Gallois Clive Thomas, siffle la fin de la rencontre alors que le ballon est en l'air –Zico affirme lui, encore aujourd'hui, qu'il était déjà entré dans les filets quand le coup de sifflet a retenti.

Une décision depuis régulièrement citée dans les pires erreurs d'arbitrage de l'histoire. Comme l'explique le rapport officiel de la Fifa sur la compétition, «les protestations [des Brésiliens] sur le terrain furent suivies d'une réclamation officielle du Brésil à la Fifa mais elle fut rejetée.»

Ce non-but ne sera pas sans conséquence pour le Brésil, qui terminera finalement deuxième de son groupe avec le même nombre de points que l'Autriche et la même différence de buts, mais en ayant marqué moins de buts. Cela l'enverra dans le groupe du pays organisateur, l'Argentine, au second tour, dont il ne terminera que deuxième.

Slate.fr

Newsletters

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

Organiser un Mondial ou des Jeux olympiques n'est pas rentable, mais peut entraîner des bénéfices en termes de diplomatie publique... à condition de bien s'y prendre.

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

Atteintes dermatologiques, maladies gastro-intestinales, fièvres... Le pire moment du Mondial, c'est le retour.

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

La Colombie aurait dû organiser la Coupe du monde en 1986. Mais en 1982, elle y a renoncé, largement encouragée par la FIFA qui s’était rendu compte de son erreur. Même histoire et «modus operandi» pour le Qatar et la Coupe du monde 2022?

Newsletters