Égalités

Vous ne verrez pas de meilleure publicité pour les tampons

Temps de lecture : 2 min

Pas de liquide bleu, ni de bonne fée des règles et encore moins filles en rollers. Mais une séquence intelligente, hilarante et brillamment interprétée par une jeune fille.

Traditionnellement, dans les publicités pour protections hygiéniques, ce qui se passe à l'intérieur doit rester à l'intérieur. Le sang des règles n'est évidemment jamais visible et est systématiquement remplacé par un liquide bleu qui s'écoule directement d'une petite fiole sur une serviette. La douleur, le syndrome pré-menstruel et même le mot «menstruation» ne sont jamais mentionnés et cette période est presque toujours présentée comme la période idéale pour faire du roller en justaucorps blanc.

Bien, sûr, personne n'a jamais demandé aux publicitaires de briser le tabou des règles en exhibant des serviettes ensanglantées et des femmes au bord de la dépression. Mais personne non plus ne leur a demandé de nous enfumer avec des tampons qui s'ouvrent en corolle, des serviettes contenant des perles ou de la soie.

Aucune règle non plus n'interdit aux publicitaires de traiter le sujet avec humour et autodérision. Et la meilleure publicité du monde pour une marque américaine, HelloFlo, qui vient d'être mise en ligne prouve qu'il est pourtant possible le faire.

Le pitch confine au génie, et il faut saluer, surtout, la performance de la (très) jeune actrice principale.

Encore une fois, il s'agit de la meilleure publicité du genre. Mais il convient aussi de mentionner d'autres rares et récentes tentatives de faire du LOL avec les règles. Dans le même registre du rite-initiatique, la vidéo «camp Gyno», conçue par la même agence, avait déjà bien préparé le terrain.

Avant cela, une autre publicité pour serviettes avait, elle, pris le parti... de se moquer des pubs pour serviettes:

En France, les pubs télé pour ce type de produits manquent toujours cruellement d'humour et de recul. Et quand les marques tentent de jouer la carte de la modernité et de la proximité avec les adolescentes, c'est sur Internet et c'est surtout très laborieux.

Newsletters

La femme-objet ne fait pas vendre, elle rend malheureuse

La femme-objet ne fait pas vendre, elle rend malheureuse

En mettant le corps parfait de Léa Seydoux dans une position lascive entre des draps pour vendre un sac, Nicolas Ghesquière fait comme s'il n'avait jamais entendu parler de «male gaze».

Disney supprime les références au genre de son code vestimentaire

Disney supprime les références au genre de son code vestimentaire

Le groupe adopte une politique vestimentaire plus inclusive pour le personnel des parcs américains.

La crise sanitaire a exposé les violences conjugales au grand jour

La crise sanitaire a exposé les violences conjugales au grand jour

Au cours des confinements et couvre-feux, des femmes victimes et leurs proches ont ouvert les yeux sur leur situation, pendant que les associations et institutions ont mis les bouchées doubles pour leur venir en aide. Il faut continuer à ne rien lâcher.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters