France

Le Conseil d'Etat se prononce sur le cas Lambert: à chaque média sa façon de voir

Repéré par Andréa Fradin, mis à jour le 20.06.2014 à 12 h 03

Repéré sur @JeromeBalazard

Les alertes du Figaro, de Libération et du Monde ne racontent pas du tout la même histoire.

Ce vendredi 20 juin, le Conseil d'Etat était appelé à se prononcer sur l'affaire Vincent Lambert, du nom de cet homme devenu tétraplégique, en état végétatif depuis 2008 à la suite d'un accident de voiture. Et dont le sort, qui a ranimé le débat en France autour de l'euthanasie, déchire la famille: l'épouse souhaite l'arrêt de soins, quand les parents s'y opposent.

Or la décision du rapporteur public du Conseil d'Etat, qui vient tout juste de tomber, est relayée de manière bien différente dans les alertes, en quelques signes, envoyées par les médias sur les téléphones de leurs lecteurs.

Ainsi, quand Le Monde et Libération annoncent que le rapporteur «se prononce contre le maintien en vie de Vincent Lambert», Le Figaro écrit de son côté qu'il «requiert la mort» du jeune homme.

Deux expressions distinctes pour deux significations dont la divergence n'a rien d'anodin: dans le premier titre, le rapporteur se contente de s'opposer à la «décision du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne, qui s'était prononcé pour le maintien en vie de Vincent Lambert», écrit Le Monde; dans le second en revanche, ce même rapporteur avalise, réclame, exige même, la mort d'un individu.

Rien à voir donc. Surtout sur un sujet aussi sensible.

Le journaliste en charge des réseaux sociaux au Figaro nous a par la suite signalé que le journal avait «rectifié le titre», désormais remplacé par «Le rapporteur public du Conseil d'Etat préconise de laisser mourir Vincent Lambert.»

Si la formule choc a été retirée -pour se retrouver en phrase d'accroche, tout aussi percutante, de l'article- pour une version plus atténuée, le Conseil d'Etat reste néanmoins présenté comme une institution recommandant la mort d'un individu.

Mise à jour le 20 juin 2014, 11h45, avec le nouveau titre du Figaro.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte