Tech & internetMonde

Le djihad de l'EIIL passe aussi par les réseaux sociaux

Étienne Goetz, mis à jour le 18.06.2014 à 16 h 27

Des soldats de l'Etat islamique en Irak et au Levant fêtent la prise d'un véhicule appartenant aux forces de sécurité irakiennes à Mossoul le 12 juin 2014. REUTERS

Des soldats de l'Etat islamique en Irak et au Levant fêtent la prise d'un véhicule appartenant aux forces de sécurité irakiennes à Mossoul le 12 juin 2014. REUTERS

Impossible d'y avoir échappé. Les images ont tourné en boucle sur Twitter. Ces photos, non authentifiées, montrent des massacres de soldats irakiens. Les actes sont revendiqués par l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), une organisation djihadiste qui aurait l'intention de prendre Bagdad. Twitter a suspendu au moins six comptes de sa plateforme. 

Pour endiguer la progression des djihadistes sur les réseaux sociaux, le gouvernement irakien a décidé de bloquer sur son territoire Facebook, Twitter, Viber, whatsapp, Skype. Mais rien n’y fait, l’EIIL est encore hyperactif sur les réseaux sociaux. Comment font-ils?

Multiplier les comptes

La fermeture de comptes Twitter n’a rien de nouveau. Vocativ rappelle que le compte d'al-Qaida @shomokhalislam été suspendu en septembre 2013. Des mesures similaires ont été prises avec le compte d’Al Shabaab quand la branche somalienne d’al-Qaida a revendiqué l’attentat dans un centre commercial de Nairobi ayant fait plus de 60 morts et 200 blessés, en septembre 2013.

Pour rester présent, le compte est réapparu sur le site de microblogging avec d’autres noms, mais à chaque fois, Twitter l’a fermé sur la base de deux de ses conditions générales d’utilisation:

Violence et menaces: Vous ne devez pas diffuser ou publier de menaces directes et spécifiques de violence envers d'autres personnes.

Utilisation illicite: Vous ne devez pas utiliser notre service à des fins illicites ou pour la poursuite d'activités illégales. Les utilisateurs internationaux acceptent de respecter toutes les lois locales concernant la conduite en ligne et le contenu acceptable.

Rester anonyme à tout prix

Pour continuer son activisme sur les réseaux sociaux en dépit du blocage des principaux sites en Irak, l’organisation djihadiste a incité ses partisans à utiliser Tor, un réseau sur lequel les échanges peuvent être anonymes. Ironie de l’histoire, à ses débuts le réseau Tor a été conçu par l’U.S. Navy.           

La technique n’est pas optimale: les plateformes de Google, Twitter ou Facebook n’aiment pas qu’on leur masque l’identité, ce qui donne lieu à une série de vérifications. L’organisation EIIL a posté des tutoriels pour expliquer comment se connecter facilement en masquant son identité ou pour récupérer un compte Facebook désactivé, rapporte le site Vocativ.

Des Community Manager de génie

Les mesures de fermeture n’empêchent pas les djihadistes d’avoir une très forte visibilité sur les réseaux sociaux. Pour cela, EIIL poste massivement des messages via ses partisans ou via des bots, sortes de robots. Afin d’avoir une audience maximale, chaque message est accompagné de hashtags figurant au top des tendances, y compris celui de la coupe du monde, note Vocativ.

Avec cette technique, l’organisation arrive même à biaiser les résultats d’un compte très populaire qui tweete tous les jours les plus fortes tendances. Quand EIIL arrive à placer ses propres hashtags, cela génère une moyenne de 72 retweets par tweet, calcule The Atlantic. Dans la course à la visibilité, l’EIIL bat à plate couture son principal concurrent, le front al-Nosra. Et ce même si les deux groupes ont le même nombre de supporters en ligne.

Une application made in Djihad

Dernière innovation de l’EIIL: une application Android pour hijacker (rien à voir avec le djihad), c’est-à-dire détourner un compte Twitter et l’utiliser ponctuellement pour diffuser des messages. L’application s’appelle The Dawn of Glad Tidings, ou bien juste Dawn. Officiellement, elle permet de se tenir au courant des dernières informations, explique The Atlantic.

Des centaines d’utilisateurs ont téléchargé cette application via le Play Store de Google. Après le téléchargement, EIIL demande un grand nombre d’informations. Une fois enregistré, l’application envoie des tweets avec des informations, des liens et des photos. Et elle se permet même de twetter le même contenu depuis votre compte Twitter.

L’utilisation de Dawn a été largement utilisée à partir d’avril 2014. Les posts n’ont cessé d’augmenter durant la dernière offensive de l’organisation atteignant le record de 40.000 tweets en une seule journée. C’était le jour où l’EIIL marchait sur Mossoul. 

Étienne Goetz
Étienne Goetz (12 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte