Tech & internet / Culture

Le FBI nous explique ce que LOL, troll et <3 signifient sur Internet

Temps de lecture : 2 min

Le FBI, premier sur tout les cyber-trucs.

On serait tenté d'écrire ROFLMAO, mais ce ne serait pas très sympa: un simple LOL suffira. Non content d'essayer de décrypter l’humour sarcastique sur les réseaux sociaux (une entreprise qui, on n’en doute pas, sera auréolée de succès), les services de renseignements américains tentent aussi de comprendre le subtil langage des internautes. Il faut dire qu'avec leur LOL, leur <3 et leur OMG, ces gus d’une drôle d’espèce donnent du fil à retordre aux agents qui scrutent les réseaux sociaux.

Et si la rivale CIA semble avoir bien saisi l'état d'esprit si spécifique à Internet, en postant il y a quelques jours à peine, un premier tweet mordant, le FBI lui, semble avoir plus de mal.

Pour y remédier, le FBI a eu l’excellente idée d’éditer un manuel recensant près de 3.000 abréviations rencontrées sur Internet. Rendu public à la suite d'une requête FOIA aux Etats-Unis (une demande d’accès à certains documents des agences de renseignements réalisée au nom du Freedom of information Act), le dictionnaire de 70 pages éclaire tout aussi bien l’emploi de «<3» (un «coeur», comme le relève justement le FBI, mais à l'envers), que les très techniques «GNSTDLTBBB» («Good night sleep tight dont let the bed bugs bite», soit en gros, «dors bien, fais de beaux rêves et ne te fais pas bouffer par les punaises de lit»), mais aussi, comme le relève Gawker, «EOTWAWKI» («end of the world as we know it», «la fin du monde tel qu'on le connaît»), et «IITYWTMWYBMAD» («if I tell you what this means will you buy me a drink?», «si je te dis ce que ça signifie, tu vas me payer un verre?»).

Nous ne pouvons confirmer ni démentir que ceci est notre premier tweet

La CIA sur Twitter, le 6 juin 2014

Les plus classiques LOL, LULZ et déclinaisons (exprimant donc un éclat de rire plus ou moins sarcastique) sont également examinés, ainsi que les traditionnels XO et XX, signifiant tout simplement «bisou!».

Un drôle de dictionnaire que le FBI justifie en ces termes dans un paragraphe introductif:

«Avec l'avénement de Twitter et d'autres réseaux sociaux, l'utilisation d'abréviations et d'acronymes a explosé. L'Intelligence Research Support Unit (IRSU) du DI [Directorate of Intelligence, section du FBI notamment dédiée à l'analyse du langage] a rassemblé une liste extensive –mais loin d'être exhaustive– d'abrévations et d'acronymes utilisés sur Twitter et d'autres réseaux sociaux tels que les messages instantanés, Facebook et MySpace.»

Et d'ajouter, attentif, que ce guide pourra s'avérer «utile pour votre travail, comme pour suivre vos enfants et/ou petits-enfants.»

Gawker relève par ailleurs que «la page 70 aide à définir le mot "TROLL" comme un "commentateur délibérément provocant"». Et effectivement, mieux vaut comprendre ce mécanisme quand on s'appelle le FBI et qu'on traîne sur Internet avec un compte Twitter comptant plus de 869.000 abonnés.

1 — «Rolling on the floor laughing my ass off» («rire à s'en taper le cul par terre») Retourner à l'article

Slate.fr

Newsletters

Les faux comptes Facebook explosent après la fusillade de Santa Fe

Les faux comptes Facebook explosent après la fusillade de Santa Fe

Les premiers sont apparus à peine vingt minutes après l'annonce de l'attaque.

Aux États-Unis, Fortnite devient un vrai problème pour les joueurs de baseball

Aux États-Unis, Fortnite devient un vrai problème pour les joueurs de baseball

Les heures passées sur le jeu vidéo pourraient avoir une influence négative sur les performances des sportifs.

En 2018, on reconnaît un hit aux mèmes qu'il génère

En 2018, on reconnaît un hit aux mèmes qu'il génère

En 2018, les tubes ne se créent plus seulement avec des instruments, des lyrics et des micros. La partition la plus importante est maintenant celle qui se joue sur les réseaux sociaux.

Newsletters