Mondial 2014 / Sports

La danse de l’équipe colombienne est l’une des plus belles célébrations de l'histoire de la Coupe du monde

Temps de lecture : 2 min

Dans une Coupe du monde qui a déjà eu sa part de moments emblématiques, la célébration des buts de la Colombie contre la Grèce et la Côte d'Ivoire restera sans nul doute dans les mémoires longtemps après la fin du tournoi.

A quel rang du panthéon des célébrations de but en Coupe du monde se classent-elles? Nous avons dressé un top 5 de ces moments. Un top rigoureux, puisque strictement fondé sur l’opinion de l’auteur.

5.Le backflip de Julius «Agha-Wonder» Aghahowa contre la Suède

L’attaquant nigérian Julius Aghahowa n’a pas marqué beaucoup de buts au cours de sa carrière, mais lorsqu’il l’a fait, ceux-ci étaient accompagnés de backflips. Ce septuple saut venait après le but inscrit contre la Suède lors de la Coupe du monde 2002.

Les Suédois ont finalement remporté le match 2-1 et Aghahowa aura marqué le seul but nigérian du tournoi. Mais quels sauts!

4.La danse colombienne

C’est l’une des équipes les plus douées pour les célébrations que l'on ait vu à la Coupe du monde. Quand Pablo Armero –déjà connu pour ses célébrations créatives– a offert aux Colombiens leur premier but en Coupe du monde depuis seize ans contre la Grèce, il a franchi la ligne de touche pour effectuer une chorégraphie à la Sérial noceurs. La chorégraphie était véritablement joyeuse, ses sponsors ne s'en sont pas plaints.

3.Yekini au fond des filets

Etant donné la fière tradition de célébrations de buts du Nigéria, il n’est pas surprenant de retrouver le pays deux fois dans ce top 5. Lorsque Rashidi Yekini marqua le premier but de son équipe en Coupe de monde, contre la Bulgarie en 1994, son élan naturel le conduisit dans les filets, qu’il embrassa. Devenu le meilleur buteur des Super Eagles, Yekini a été rattrapé, une fois à la retraite, par une maladie neurologique et en est mort en 2012, à l’âge de 48 ans.

2.La pole dance de Roger Milla

La légende camerounaise Roger Milla est considérée comme un pionnier des célébrations de but modernes. En 1990, en Italie, il a célébré chacun de ses quatre buts (dont deux en huitièmes de finale contre la Colombie, faisant du Cameroun le premier quart de finaliste africain dans l’histoire du tournoi) avec son spécial cha-cha au drapeau de corner.

Quatre ans plus tard, à 42 ans, Roger Milla a consolidé son statut de plus vieux buteur de l’histoire de la Coupe du monde en marquant contre la Russie. Evidemment, il a célébré l’événement avec une pole dance.

1.Le bébé de Bebeto

Après avoir marqué contre les Pays-Bas à la Coupe du monde 1994, deux jours après la naissance de son fils, l'attaquant brésilien a effectué un mouvement mêlant samba et berceau de bébé. Il y a deux semaines, Bebeto réitérait la performance avec son fils, Mattheus Oliveira, qui joue désormais pour le Flamengo, l'ancien club de son père.

Jeremy Stahl Journaliste

Newsletters

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

Organiser un Mondial ou des Jeux olympiques n'est pas rentable, mais peut entraîner des bénéfices en termes de diplomatie publique... à condition de bien s'y prendre.

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

Atteintes dermatologiques, maladies gastro-intestinales, fièvres... Le pire moment du Mondial, c'est le retour.

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

La Colombie aurait dû organiser la Coupe du monde en 1986. Mais en 1982, elle y a renoncé, largement encouragée par la FIFA qui s’était rendu compte de son erreur. Même histoire et «modus operandi» pour le Qatar et la Coupe du monde 2022?

Newsletters