Mondial 2014 / Santé

Non, ce n'est pas une bonne idée de jouer au foot pieds nus

Temps de lecture : 2 min

Voilà pourquoi.

Partie de foot dans une favela de Rio, en mai 2014. REUTERS/Ricardo Moraes
Partie de foot dans une favela de Rio, en mai 2014. REUTERS/Ricardo Moraes

Ah le Brésil, ses plages, ses habitants qui jouent au foot pieds nus…

Le cliché est tellement bon que même TF1 n’a pu s’empêcher de surfer dessus. Dans sa dernière campagne de pub, la chaîne française a fait poser ses animateurs et journalistes pieds nus pour promouvoir la diffusion de la Coupe du monde.



Mais évitez de les imiter. Comme l’explique Jérôme Moro, podologue du sport à l’Association nationale des podologues du sport (ANPS) et au Stade Français:

«Nous ne sommes pas faits pour faire de l’activité physique pieds nus.»

Le football étant un sport de contact, c’est encore pire. On y risque traumatismes, tendinites et petites fractures.

En fait, le pied humain n’est pas vraiment adapté au football. Une chaussure est donc nécessaire. Pieds nus, la surface de contact n’est jamais uniforme et la frappe est donc moins puissante. «C’est pour la même raison que les volleyeurs préfèrent smasher main ouverte que main fermée», commente le podologue.

Et jouer dans le sable n’est pas beaucoup mieux. Avec sur un sol instable, il y a un plus grand risque d’entorses. Mais mettre des chaussures n’est pas forcément, mieux estime Jean-Marc Leron, podologue du sport, également à l’ANPS:

«Il y a des risques de se blesser avec les grains qui se glissent entre le cuir et la peau.»

En fait, la seule façon de pouvoir jouer pieds nus, en minimisant les risques, c’est d’y être habitué. «La peau devient plus dure, plus épaisse. Avec l’habitude, le pied se défend par rapport aux contraintes», détaille Jean-Michel Samper, podologue, lui aussi, à l’ANPS.

Pour Jérôme Moro, «il y a une adaptation morphologique avec le temps. Ce n’est pas la même chose de jouer pieds nus quatre heures par jour, et une fois, de temps en temps».

A vos crampons!

Grégor Brandy Journaliste

Newsletters

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

Organiser un Mondial ou des Jeux olympiques n'est pas rentable, mais peut entraîner des bénéfices en termes de diplomatie publique... à condition de bien s'y prendre.

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

Atteintes dermatologiques, maladies gastro-intestinales, fièvres... Le pire moment du Mondial, c'est le retour.

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

La Colombie aurait dû organiser la Coupe du monde en 1986. Mais en 1982, elle y a renoncé, largement encouragée par la FIFA qui s’était rendu compte de son erreur. Même histoire et «modus operandi» pour le Qatar et la Coupe du monde 2022?

Newsletters