Parents & enfants

Petite victoire: Facebook autorise enfin les photos de femmes qui allaitent

Temps de lecture : 3 min

C'est une bien maigre avancée sur le front du rapport de la société –Internet compris– entretient avec l'allaitement en public et les seins des femmes.

Manifestation en Espagne, en 2007, pour protester contre l'interdiction d'allaiter dans un centre commercial de Malaga. REUTERS/Jon Nazca
Manifestation en Espagne, en 2007, pour protester contre l'interdiction d'allaiter dans un centre commercial de Malaga. REUTERS/Jon Nazca

Facebook n'a pas beaucoup communiqué sur une importante modification de ses conditions générales, heureusement repérée par The Independant.

Dans le cadre de la campagne #Freethenipple qui appelait les médias et la société à cesser de diaboliser l'allaitement en public, une blogueuse américaine a posté une photo d'elle en train d'allaiter ses deux enfants.

Fidèle à ses habitudes, Facebook a d'abord retiré la photo, avant de la republier en présentant ses excuses. Ce brusque revirement correspond à un surprenant changement de politique explicité sur la page Aide.

Il s'agit ici d'un net progrès du respect du droit des femmes à évoquer et à montrer l'allaitement, mais il convient de ne pas s'emballer et de noter que le problème d'Internet avec l'allaitement réside tout autant dans les règles édictées par les différentes plateformes que dans les réactions despotiques que ce type de clichés suscite. Et un événement récent a illustré cela de manière édifiante.

Karlesha Thurman est une jeune maman de 25 ans, fraîchement diplômée. Le jour de sa remise de diplôme, elle prend la pose pour une photo souvenir, avec son bébé au sein. Elle publie le cliché sur son compte Twitter. Et puis Internet est devenu fou.

Si quelques rares personnes l’ont félicitée pour avoir réussi ses études tout en élevant un bébé en bas-âge, une grande majorité a accusé la jeune femme de tous les maux.

Karlesha a d’abord été victime du slut shaming le plus basique, certains estimant visiblement qu’une femme qui a des rapports sexuels alors qu’elle est encore étudiante est «une pute».

Mais c’est surtout le fait que la femme ait allaité son bébé lors de la cérémonie puis posté la photo sur les réseaux sociaux qui a suscité incompréhension, indignation voire un franc dégoût de la part de gens qui semblent penser que les bébés sont dotés d’un distributeur interne de lait automatique qui fonctionnerait sur le même modèle que les distributeurs de croquettes pour chats. Mais qui aurait la décence de rester caché.

D’autres encore imaginent qu’un bébé nourri au sein peut parfaitement prendre un biberon quand maman a autre chose à faire et qu’elle ne dispose pas d’une cape d’invisibilité. Rappelons à ces personnes qu’un bébé allaité au sein ne prendra pas un biberon comme ça, au débotté. L’alimentation mixte existe, mais elle ne s’improvise pas. Et elle n’est certainement pas à envisager pour ne pas heurter la sensibilité de quelques-uns.

Mais surtout, toutes les personnes indignées par cette photo semblent estimer que des seins, même quand ils nourrissent un bébé, sont nécessairement un objet sexuel. Ainsi, une mère qui donne le sein en public ne vaudrait guère mieux qu’un homme qui exhiberait son pénis en public.

Ces réactions ne font qu’illustrer le problème de l’allaitement en public. Le fait que Facebook a autorisé ces photos ne constitue finalement qu'une bien maigre avancée.

Comme le rappelle le Guardian, les conditions générales d’Instagram interdisent les photos d’allaitement. Même s'il arrive que certaines d’entre elles passent entre les mailles du filet quand elles sont artistiques, sans mamelons apparents et/ou postées par des top model.

En mars 2014, une femme qui allaitait son bébé en public avait été prise en photo à son insu et qualifiée de clocharde sur une page Facebook. En 2013, une mère qui avait publié une photo d’elle en position de yoga, à demi-nue et donnant le sein à sa fille avait vu son compte Instagram suspendu.

En France, même si ces femmes ne sont pas littéralement traitées d’exhibitionnistes, on se demandait tout de même, récemment, si les photos de stars qui posent avec leurs bébés au sein étaient «dérangeantes» ou «mignonnes».

Ces réactions sont typiques du rapport très ambigu de la société toute entière à l’allaitement: «Allaitez vos bébés, c’est bon pour eux! mais planquez-vous, ça nous dégoûte!»

Mais elle illustre aussi parfaitement la manière dont les mères sont considérées comme des biens publics sur lesquels chacun a des droits. Dont celui de lui dire quand et où elle a le droit de nourrir son bébé.

Nadia Daam Journaliste

Newsletters

«Là-bas, mon fils va devenir fou! Il n’y a pas moyen que je fasse les quatre mois à sa place?»

«Là-bas, mon fils va devenir fou! Il n’y a pas moyen que je fasse les quatre mois à sa place?»

Quand des mômes commettent des délits, c’est la justice des mineurs qui s’y colle. Une justice ad hoc qui, sans laxisme, a davantage vocation à éduquer qu’à punir. Un cap dur à tenir.

Quelle liberté d’expression des profs sur les réseaux sociaux?

Quelle liberté d’expression des profs sur les réseaux sociaux?

Il faut se méfier de celles et ceux qui voudraient nous faire croire que les profs ne sont pas censés avoir d’opinion sur ce qui se passe dans l’Éducation nationale.

«Mon père alcoolique et moi», dans les coulisses de l’alcoolisme parental

«Mon père alcoolique et moi», dans les coulisses de l’alcoolisme parental

Dans un manga autobiographique qui déchire le coeur, Mariko Kikuchi explique comment l'alcoolisme de son père a détruit plusieurs vies.

Newsletters