La France est le pays qui a formé le plus de joueurs présents au Mondial

Mathieu Debuchy et Roger Espinoza pendant France-Honduras le 14 juin 2014 à Porto Alegre, Brésil, REUTERS/Murad Sezer

Mathieu Debuchy et Roger Espinoza pendant France-Honduras le 14 juin 2014 à Porto Alegre, Brésil, REUTERS/Murad Sezer

La France est le pays qui a formé le plus de joueurs participant à la Coupe du monde au Brésil, selon les résultats d'une nouvelle étude du Centre international d'étude du sport (CIES) de l'université de Neuchâtel, en Suisse.

Les chercheurs du CIES ont déterminé le club où a été formé chacun des joueurs présents au Mondial en se fondant sur le critère de l'UEFA en la matière, à savoir le club où le joueur a passé au moins trois ans entre 15 ans et 21 ans. La France arrive donc en tête avec 56 joueurs formés dans les clubs du pays, une première place qui «est principalement due au nombre élevé de joueurs formés en France jouant pour d’autres équipes nationales, notamment africaines», écrivent les chercheurs.

La sélection algérienne, composée en bonne partie de joueurs «binationaux» nés et formés en France, est le meilleur exemple de ce phénomène auquel s'est récemment intéressé le Washington Post dans un billet de blog fort intéressant. Arrivent ensuite dans l'ordre l'Allemagne, l'Angleterre, les Pays-Bas et l'Espagne.

Au classement des clubs, ceux qui ont formé le plus de joueurs présents au Mondial sont le Feyenord Rotterdam, le FC Barcelone et le Deportivo Saprissa au Costa Rica avec neuf joueurs chacun. Les premiers clubs français sont Lille  (8 joueurs), Grenoble Foot (4 joueurs) puis l'Olympique Lyonnais, l'Olympique de Marseille, l'AS Monaco et le RC Lens avec trois joueurs chacun.

Cette étude est à comparer avec celle qui s'intéressait aux championnats qui ont envoyé le plus de joueurs à la Coupe du monde. La France perd tout d'un coup quatre places et se retrouve à la cinquième position. L'Angleterre, dont le championnat est le plus riche et souvent considéré comme le meilleur du monde, est loin devant, suivie de l'Italie, de l'Allemagne et de l'Espagne.

Ces chiffres confirment que la France reste bien le meilleur pays formateur du monde, mais a énormément de mal à conserver dans son championnat ses meilleurs jeunes joueurs, qui préfèrent partir évoluer en Premier League, en Serie A, en Bundesliga ou en Liga, ou à attirer des joeuurs de classe mondiale (même si les gros investissements du PSG et de l'AS Moncao ces dernières saisons ont un peu rééquilibré la balance).

Partager cet article