Mondial 2014

Un Espagnol gagne 100.000 euros d'essence en pronostiquant le 5-1 des Pays-Bas contre sa sélection

Temps de lecture : 2 min

Arjen Robben célèbre un but avec ses coéquipiers lors de Pays-Bas-Espagne, le 13 juin 2014 à Salvador de Bahia. REUTERS/Tony Gentile.
Arjen Robben célèbre un but avec ses coéquipiers lors de Pays-Bas-Espagne, le 13 juin 2014 à Salvador de Bahia. REUTERS/Tony Gentile.

Pour parier que les Pays-Bas battraient l'Espagne quand on est espagnol, il fallait déjà être un peu fou. Mais parier que les Néerlandais passeraient un 5-1 aux champions du monde en titre pour leur premier match du Mondial relève un peu plus de la folie furieuse.

Pourtant, Jacobo Ríos-Capapé, un Espagnol de 56 ans, l'avait bien fait, comme le raconte le quotidien sportif Marca:

Con esa predicción tan improbable, Jacobo acertó la porra de Cepsa con la que se llevará el suculento premio de 100.000 euros en combustible. Ha sido el único en España que puso ese marcador en una promoción en la que han participado más de 70.000 personas y en la que se recogieron 120.000 resultados en total en todo el territorio nacional.
Con esa predicción tan improbable, Jacobo acertó la porra de Cepsa con la que se llevará el suculento premio de 100.000 euros en combustible. Ha sido el único en España que puso ese marcador en una promoción en la que han participado más de 70.000 personas y en la que se recogieron 120.000 resultados en total en todo el territorio nacional.

«Avec cette prédiction improbable, il a remporté les 100.000 euros de combustible promis au vainqueur d'un concours par la compagnie pétrolière espagnole Cepsa. Il a été le seul en Espagne à donner ce résultat. Pourtant, plus de 70.000 personnes avaient pronostiqué 120.000 résultats sur tout le territoire.»

Joint par le quotidien madrilène, Jacobo Ríos-Capapé a expliqué qu'il était en train de faire le plein de sa moto:

«Je voulais que l'Espagne gagne, bien sûr. Mais je me suis dit que si les Pays-Bas nous battaient, ce serait par un gros score. C'est comme ça que m'est arrivé le 1-5, mais je n'étais pas plus convaincu que ça. En fait, je me suis ensuite dit que c'était une folie et que ça n'allait jamais se produire.»

Con esa predicción tan improbable, Jacobo acertó la porra de Cepsa con la que se llevará el suculento premio de 100.000 euros en combustible. Ha sido el único en España que puso ese marcador en una promoción en la que han participado más de 70.000 personas y en la que se recogieron 120.000 resultados en total en todo el territorio nacional.

Jacobo Ríos-Capapé n'est pas le seul à avoir déjà rentabilisé sa Coupe du monde. A l'autre bout du monde, un parieur néo-zélandais a ainsi remporté un peu plus de 113.000 dollars néo-zélandais (près de 73.000 euros) en en pariant seulement 40 (26 euros).

«Il a effectué un pari avec quatre matchs, en pronostiquant correctement l'équipe en tête à la mi-temps et à la fin de la rencontre entre le Japon et la Côte d'Ivoire, l'Equateur et la Suisse, la France et le Honduras et l'Argentine et la Bosnie-Herzégovine.»

La côté était de 2844 contre 1 et le parieur, dont on ne connait pas l'identité, a dû souffler quand Seferovic a offert la victoire à la Suisse face à l'Équateur dans les arrêts de jeu.

Ou sur le pénalty de Benzema transformé juste avant la mi-temps contre le Honduras.

Equipe vainqueur, score exact, mi-temps la plus prolifique, nombre de buts à la mi-temps, nom des buteurs, minute du premier but... Depuis plusieurs années, on peut désormais parier sur tout, et parfois sur n'importe quoi.

Si la France n'a pas encore atteint le niveau de l'Angleterre, où on peut parier sur le fait que son fils passe professionnel ou joueur international, elle a déjà fait une bonne partie de son retard.

On souhaite en tout cas bon courage à celui qui pariera sur un triplé de Joao Pereira dans le match entre le Portugal et l'Allemagne ce lundi 16 juin. Les bookmakers y croient tellement peu que sa cote est à 2.501 contre 1.

Cliquez sur l'image pour la voir en grand

Grégor Brandy Journaliste

Newsletters

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

«Nation branding»: comment tirer vraiment profit de l'organisation d'une Coupe du monde

Organiser un Mondial ou des Jeux olympiques n'est pas rentable, mais peut entraîner des bénéfices en termes de diplomatie publique... à condition de bien s'y prendre.

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

De quoi souffrirez-vous au retour de la Coupe du monde?

Atteintes dermatologiques, maladies gastro-intestinales, fièvres... Le pire moment du Mondial, c'est le retour.

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

Le Qatar peut encore faire comme la Colombie en 86: renoncer au Mondial

La Colombie aurait dû organiser la Coupe du monde en 1986. Mais en 1982, elle y a renoncé, largement encouragée par la FIFA qui s’était rendu compte de son erreur. Même histoire et «modus operandi» pour le Qatar et la Coupe du monde 2022?

Newsletters