MondeCoupe du monde 2014

3-0, 10 pénaltys et 91%: les chiffres à retenir de la belle victoire des Bleus contre le Honduras

Grégoire Fleurot, mis à jour le 17.06.2014 à 1 h 16

Karim Benzema célèbre un de ses deux buts contre le Honduras le 15 juin 2014, REUTERS/Edgard Garrido.

Karim Benzema célèbre un de ses deux buts contre le Honduras le 15 juin 2014, REUTERS/Edgard Garrido.

C'est fait. Quatre ans après le fiasco, sur et en dehors du terrain, des Bleus en Afrique du Sud, l'équipe de France avait enfin l'occasion de donner une autre image d'elle-même en Coupe du monde, et elle l'a saisie en battant le Honduras 3-0 ce dimanche 15 juin.

L'adversaire du jour, qui participe à sa troisième Coupe du monde seulement, n'avait pas le profil d'un ogre imbattable du haut de sa 33e place au classement Fifa. La plus grande menace concernait plutôt son jeu agressif voire violent, dont l'Angleterre avait fait les frais en match amical quelques jours auparavant.

Le Honduras a été fidèle à sa réputation avec quelques tacles dangereux et fautes grossières, même si cela ne se reflète pas dans les statistiques, avec seulement une faute de plus que les Français (14 contre 13).

Première victoire inaugurale depuis 1998

Mais les Bleus n'en ont pas moins réalisé un match solide, dominant la rencontre du début à la fin et se délivrant d'un poids qui pesait depuis de longues années, en gagnant pour la première fois depuis 1998 leur premier match de Coupe du monde.

Juste avant la pause, après une entame où ils auront trouvé deux fois la transversale, les Français ont finalement ouvert le score sur pénalty après une faute inutile de Palacios, qui lui a valu son deuxième carton jaune. Pénalty transformé par Karim Benzema, qui a perpétué une série assez incroyable: les Bleus ont marqué les 10 pénaltys qu'ils ont obtenu en Coupe du monde.

L'équipe de France est aussi une habituée des grandes premières en ce qui concerne les innovations de la Fifa en Coupe du monde. Elle avait inscrit le premier but de la compétition grâce à Lucien Laurent en 1930, le premier tir au but par Alain Giresse contre la RFA en 1982, le premier but en or par Laurent Blanc en 1998: elle a cette fois marqué le premier but validé par la fameuse technologie sur la ligne de but, mise en place cette année.

Il y avait but, c'est la technologie qui le dit

10

Le nombre de pénaltys marqués par les Bleus en Coupe du monde, sur 10 tentatives

Avec toute la publicité que la Fifa avait faite autour de cet outil censé dire à l'arbitre, en une fraction de seconde et de manière certaine, si le ballon a franchi entièrement la ligne sur les actions litigieuses, toute la planète football attendait avec impatience le première situation de ce genre. Elle est arrivée juste après la mi-temps par Karim Benzema, dont le tir sur le poteau a rebondi sur le dos du gardien hondurien Noel Valladares avant que ce dernier n'essaie de le rattraper in-extremis.

A l'écran, ce fut d'abord la confusion, les images annonçant un «no goal» suivi d'un «goal» quelques secondes plus tard. Comme le résume bien le Guardian:

«Pour être honnête, si on devait juger simplement à l'oeil nu, le ballon n'a pas l'air d'avoir traversé la ligne, mais nous devons faire confiance à la machine toute-puissante, de crainte qu'elle prenne conscience et nous détruise tous.»

2

Le nombre de buts marqués par Karime Benzema lors de son premier match de Coupe du monde

 

Cette première est loin d'avoir mis un terme au débat autour de la technologie: ses défenseurs y ont vu la preuve de son efficacité, ses détracteurs la confirmation qu'elle ne tranchera jamais définitivement.  

Benzegoal

Le troisième but, signé Karim Benzema, a scellé la première victoire de l'équipe de France en Coupe du monde depuis huit ans et la demi-finale de 2006 (deux nuls et deux défaites depuis), et son premier 3-0 dans la compétition depuis la finale de 1998.

Benzema est aussi devenu le premier joueur du Real Madrid à inscrire un doublé lors de son premier match de coupe du Monde (Raymond Domenech ne l'avait pas sélectionné en 2010) et le huitième joueur de l'équipe de France à marquer deux buts dans un match du Mondial après Maschinot (1930), Nicolas (1938), Fontaine (1958), Rocheteau et Giresse (1982), Henry, Thuram et Zidane (1998).

91

Le pourcentage de passes réussies des Bleus

Du côté du terrain, les chiffres rendent compte du très bon match des Bleus. La France a effectué 592 passes avec un taux de passes réussies de 91%, et il ne s'agissait pas de une-deux entre ses défenseurs. Elle a réussi un total impressionnant de 151 passes dans le tiers de terrain adverse, selon les chiffres publiés par FourFourTwo.

Les Bleus peuvent définitivement avoir le sourire:  87% des équipes ayant gagné leur premier match se sont qualifiées pour le second tour depuis 1998, année du premier tournoi à 32 équipes, avec deux qualifiés par groupe. Selon le site spécialisé dans l'étude statistique du sport FiveThirtyEight, ses chances sont mêmes encore plus grandes que cela, à 91%:

Correction: il était écrit dans une première version de cet article que Benzema était devenu le septième joueur à inscrire un doublé, alors qu'il est bien le huitième (Just Fontaine avait été oublié).

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte