Économie

Comment un stagiaire du Parisien a mis le feu aux fruits et légumes

Temps de lecture : 2 min

Les producteurs de fruits et légumes vont devoir rembourser 500 millions d'euros à l'Etat français qui, selon la commission européenne, a versé trop d'aides entre 1992 et 2002 provoquant une entorse au principe de libre concurrence.

«La décision ne vient pourtant pas de sortir. Elle a été prise par la Commission le 28 janvier dernier», explique Arrêt sur Images. Mais, sans un stagiaire du Parisien, cette affaire n'aurait sans doute pas éclaté aussi vite.

Alors qu'il devait traiter un sujet sur les «ventes au déballage» de fruits et légumes, «des producteurs évoquent ces menaces de remboursements, auprès du stagiaire du Parisien, qui creuse le filon. «On ne lit pas assez le Journal officiel de l'Union européenne, qui est une mine d'informations occultées», a-t-il expliqué à @si.

Le Parisien étant un des principaux approvisionneurs en sujets des rédactions des chaînes nationales, l'affaire prend de l'ampleur et fait l'ouverture du 20h.

Selon le ministre de l'agriculture Bruno Le Maire, si la France n'exige pas ces remboursements, «au cas par cas», elle risque une astreinte de l'ordre de plusieurs dizaines de millions d'euros par trimestre.

Selon Le Figaro, « l'annonce de l'injonction de Bruxelles a été très mal accueillie par les syndicats agricoles. «Ce n'est pas le moment d'exiger un tel remboursement, fustige le président de la FNSEA, Jean-Michel Le Métayer. S'il y a une urgence, c'est bien d'aider les producteurs qui traversent une nouvelle crise catastrophique.»

[Lire l'article sur Arrêt sur Images]

Photo Flickr pizzodisevo

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

En se prononçant pour la construction de nouveaux réacteurs, Macron remet le sujet à l'ordre du jour. À droite, c'est clairement oui, à gauche, c'est plutôt non, avec plus ou moins de clarté.

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Si les hôtels et les restaurants ont rouvert après de longs mois de fermeture, le secteur a du bien du mal à recruter. Les négociations à venir pourraient entraîner une revalorisation des salaires.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio