Sports / Mondial 2014

Pour une fois, les fans anglais sont les plus pessimistes du Mondial

Temps de lecture : 2 min

Les Anglais sont les supporters les plus pessimistes de la Coupe du monde. Cette phrase aurait semblé étrange il y a encore quelques années, quand à l'approche de chaque grande compétition internationale tout le peuple voyait inlassablement ses joueurs soulever le trophée ou du moins réaliser un parcours remarquable, bien aidé par des médias dithyrambiques.

Mais à force de défaites et de désillusions depuis la grande et seule victoire de 1966, il semblerait que les Anglais se soient fait une raison. «Cette fois, je crois qu’on est plus réalistes», confiait récemment Gary Lineker, ancienne star de la sélection aujourd'hui devenu l'un des commentateurs les plus aimés du pays, à Erik Bielderman dans L'Equipe Magazine.

Et les chiffres lui donnent raison. Selon un impressionnant sondage autour du football et de la Coupe du monde mené par YouGov pour le New York Times dans 19 pays, seuls 4% des Anglais pensent que leur équipe peur gagner le Mondial. Seuls les habitants du Costa Rica donnent moins de chances à leur équipe. En comparaison, 11% des Français pensent que leur équipe va gagner, mais aussi 11% des Australiens, dont l'équipe nationale est loin derrière l'Angleterre et la France chez les bookmakers.

Pour bien visualiser l'excès de pessimisme anglais en rapport avec la qualité supposée de l'équipe, le New York Time a mis au point le très bon graphique ci-dessus, avec sur l'axe des abscisses le pourcentage des personnes interrogées donnant leur pays vainqueur, et sur les ordonnées le nombre de points au classement Fifa.

Slate.fr

Newsletters

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Foot, natation, danse ou musique?

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Alors que le club occitan joue son maintien en Ligue 1, un dernier carré de supporters tente de résister aux résultats décevants.

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les soirs de victoire, l’Olympique de Marseille, qui dispute ce mercredi 16 mai la finale de la Ligue Europa, met le feu à toute une ville. Mais pour les journalistes, souvent fans de l'équipe phocéenne, certaines limites professionnelles s'imposent.

Newsletters