Tech & internetCultureEconomie

Jeux vidéo: la stratégie d'Atari pour renaître de ses cendres

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 12.06.2014 à 11 h 59

Repéré sur Wired

La console de jeu Atari 2600 / via Wikipedia

La console de jeu Atari 2600 / via Wikipedia

Le site de Wired se penche sur la stratégie de renaissance d’Atari, entreprise historique de bornes de jeux d’arcade, de consoles de jeux et d’ordinateurs personnels fondée dans la Silicon Valley en 1972.

Après avoir connu succès (dont le célèbre jeu d’arcades Pong) et échecs (l'adaptation d'E.T. est considéré comme l'un des pires jeux de l’histoire vidéoludique) et être passée par plusieurs mains, Atari avait été rachetée par le français Infogrames en 2001, qui avait repris son nom en espérant profiter de sa notoriété. En 2013, l’entreprise, dans l’incapacité de rembourser ses créanciers, dépose le bilan.

En dépit de cette descente aux enfers, Atari veut croire que l’histoire n’est pas terminée. Fred Chesnais, qui a racheté l’entreprise et en est le PDG après l’avoir déjà dirigée entre 2004 et 2007, s’appuierait selon Wired avant tout sur le capital le plus précieux d'Atari: sa marque. «Les entreprises meurent, explique-t-il, pas les marques comme Atari».

Mais aujourd’hui, note Wired, cette marque évoque aux jeunes gamers quelque chose comme un logo de T-shirt rétro vendu chez Urban Outfitters, ce qui est cool et vintage, mais pas suffisant pour gagner de l’argent (malgré les efforts d'Atari pour profiter de la vague du retrogaming)…

Atari veut passer aux marchés du mobile et des jeux en ligne et «sociaux», ce que son PDG résume par la formule: «no boxes» (pas de boîtes –de jeu). Certains de ses anciens classiques ont déjà retrouvé une nouvelle vie sur mobile, comme Haunted House.

Autre axe de développement, Atari s’intéresse aux jeux de pari et s’est associé à deux start-ups du secteur. Le marché est estimé à 164 millions de personnes à l’horizon 2018, et l'entreprise travaille sur des projets de jeux de casino permettant de miser de l'argent virtuel ou réel.

Le projet le plus surprenant est le lancement d’Atari TV, une chaîne YouTube. Un choix qui s’explique selon le nouveau patron par l’ambition de se positionner plus généralement sur l’économie de l’attention, dans laquelle des médias de différentes natures luttent pour accaparer la même ressource limitée: le temps (de cerveau) disponible:

«Nous ne sommes plus seulement en compétition avec les autres entreprises de jeu vidéo. A la fin de la journée, c’est une compétition pour le temps de l’utilisateur».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte