Monde

Il y a 1 million de Chinois en Afrique

Temps de lecture : 2 min

Un investisseur chinois surveille un travailleur sénégalais dans une usine de graines de sésame, le 11 février 2009 à Dakar. REUTERS/Normand Blouin
Un investisseur chinois surveille un travailleur sénégalais dans une usine de graines de sésame, le 11 février 2009 à Dakar. REUTERS/Normand Blouin

C’est bien connu, les Chinois investissent massivement en Afrique. Ce phénomène a même un nom: la Chinafrique. L’ampleur du phénomène est en revanche moins connue. Depuis 2001, ils seraient plus d’un million à avoir quitté l’empire du milieu pour l’Afrique. Derrière ce chiffre, ce sont autant d’histoires dont Howard W. French essaie de donner un aperçu dans son livre China’s Second Continent. Le site Quartz en publie des extraits.

L’auteur, correspondant du New York Times et du Wahsington Post en Afrique, raconte les aventures d’investisseurs chinois qu’il suit: les heures passées à trouver des intermédiaires, les difficultés à communiquer, même entre Chinois, les négociations avec des salariés locaux qui virent au racisme, les champs de thé.

L’histoire de la Chinafrique a commencé en 1996 quand le président chinois Jiang Zemin a proposé dans un discours prononcé à Addis-Abeba de créer un forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC), rappelle l’auteur. Quatre ans plus tard, la première édition du forum réunissait 44 chefs d’Etat africains à Pékin.

La Chine s’est entre autres engagée à créer un fonds de 5 milliards de dollars (3,7 milliards d'euros) pour le développement de l’Afrique, d’annuler des dettes, de construire des hôpitaux et des écoles. L’agence de notation Fitch estime que les crédits accordés aux pays africains par la Export-Import Bank of China représentent 67 milliards de dollars entre 2001 et 2010, soit 12 milliards de plus que l'argent prêté par la Banque mondiale.

Newsletters

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Dernière ligne droite avant l'investiture de Joe Biden, ce 20 janvier, à Washington. Une investiture à laquelle Donald Trump, en bon perdant, ne se rendra pas. Le 45e président des États-Unis a enfin admis sa défaite, dans les mots et dans les...

À Bali, les singes voleurs savent reconnaître les objets de valeur

À Bali, les singes voleurs savent reconnaître les objets de valeur

Au temple d'Uluwatu, les macaques ont mis au point un système de troc pour que les touristes leur donnent à manger.

Les chiottes les plus chères du mandat Trump

Les chiottes les plus chères du mandat Trump

Parce que le service de sécurité chargé d'assurer la protection d'Ivanka Trump n'avait pas accès à ses toilettes, les contribuables américains ont déboursé 3.000 dollars par mois pour que les agents puissent se soulager.

Newsletters