Monde

Il y a 1 million de Chinois en Afrique

Temps de lecture : 2 min

Un investisseur chinois surveille un travailleur sénégalais dans une usine de graines de sésame, le 11 février 2009 à Dakar. REUTERS/Normand Blouin
Un investisseur chinois surveille un travailleur sénégalais dans une usine de graines de sésame, le 11 février 2009 à Dakar. REUTERS/Normand Blouin

C’est bien connu, les Chinois investissent massivement en Afrique. Ce phénomène a même un nom: la Chinafrique. L’ampleur du phénomène est en revanche moins connue. Depuis 2001, ils seraient plus d’un million à avoir quitté l’empire du milieu pour l’Afrique. Derrière ce chiffre, ce sont autant d’histoires dont Howard W. French essaie de donner un aperçu dans son livre China’s Second Continent. Le site Quartz en publie des extraits.

L’auteur, correspondant du New York Times et du Wahsington Post en Afrique, raconte les aventures d’investisseurs chinois qu’il suit: les heures passées à trouver des intermédiaires, les difficultés à communiquer, même entre Chinois, les négociations avec des salariés locaux qui virent au racisme, les champs de thé.

L’histoire de la Chinafrique a commencé en 1996 quand le président chinois Jiang Zemin a proposé dans un discours prononcé à Addis-Abeba de créer un forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC), rappelle l’auteur. Quatre ans plus tard, la première édition du forum réunissait 44 chefs d’Etat africains à Pékin.

La Chine s’est entre autres engagée à créer un fonds de 5 milliards de dollars (3,7 milliards d'euros) pour le développement de l’Afrique, d’annuler des dettes, de construire des hôpitaux et des écoles. L’agence de notation Fitch estime que les crédits accordés aux pays africains par la Export-Import Bank of China représentent 67 milliards de dollars entre 2001 et 2010, soit 12 milliards de plus que l'argent prêté par la Banque mondiale.

Slate.fr

Newsletters

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

Le Brésil reste le Brésil, même pendant les trois semaines séparant les deux tours de l'élection présidentielle. Mais cette fois, la tristesse a envahi les visages.

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

En mars 2015, sur un coup de tête, Norm Diamond s'est rendu à une première vente d'objets d'occasion chez un particulier. Au cours des quinze mois qui ont suivi, ce photographe a visité plusieurs centaines de ventes à Dallas (Texas), où il...

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Si la vente et la détention de cannabis sont désormais autorisées au Canada, sa promotion reste interdite.

Newsletters