Parents & enfants / France

Vous pensez qu'il y a quoi? Une quinzaine de bacs? Détrompez-vous: il existe 40 millions de baccalauréats différents

Temps de lecture : 2 min

Voici de quoi en dresser la liste.

Lycée Louis Pasteur de Strasbourg, en 2012. REUTERS/Vincent Kessler
Lycée Louis Pasteur de Strasbourg, en 2012. REUTERS/Vincent Kessler

Les caméras aiment se planter devant les bahuts parisiens (du centre ville) et recueillir des témoignages, toujours les mêmes, de lycéens émus et nous donner les sempiternels sujets de la philo (le 16 juin).

Pourtant tous les bacheliers, loin de là, ne passent pas cette épreuve phare (pour les journalistes qui l’ont sans doute tous passée). Le bac, c'est un nom, un symbole mais une kyrielle d'examens différents, voire à la carte, pour les 686.907 candidats.

Il y a trois filières: générale (334.076 candidats), technologique (140.215 candidats) et professionnelle (205.375 candidats), qui se divisent chacune en séries. Trois pour le bac général (L, ES et S), sept pour le bac technologique dont «techniques de la musique et de la danse», 86 spécialités différentes en pro. Par exemple, 15 candidats vont passer cette année un bac pro métier du cuir option chaussures, il n’y en aura aucun pour le bac «Mise en œuvre des matériaux–option matériaux céramiques» et 18.720 un bac pro secrétariat.

Voici la liste de ces spécialités, et le nombre de candidats qui y sont inscrits:

Comme il existe 58 langues[1] proposées à l’examen et des dizaines d’options qui varient en fonction des filières, la directrice de la Depp (Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance) Catherine Moisan estime qu’entre les filières, les langues et les options, il n’y aurait pas moins de 40 millions de possibilités différentes de passer le bac!

1 — allemand, anglais, arabe, arménien, cambodgien, chinois, danois, espagnol, finnois, grec moderne, hébreu, italien, japonais, néerlandais, norvégien, persan, polonais, portugais, russe, suédois, turc, vietnamien, albanais, amharique, bambara, berbère, bulgare, coréen, croate, estonien, haoussa, hindi, hongrois, indonésien-malais, laotien, lituanien, macédonien, malgache, peul, roumain, serbe, slovaque, slovène, swahili, tamoul, tchèque, basque, breton, catalan, corse, créole, occitan-langue d’oc (auvergnat, gascon, languedocien, limousin, nissart, provençal, vivaro-alpin), tahitien, langues mélanésiennes, gallo, langues régionales d’Alsace, langues régionales des pays mosellans ; langue des signes française (LSF). Retourner à l'article

Louise Tourret Journaliste

Newsletters

«Là-bas, mon fils va devenir fou! Il n’y a pas moyen que je fasse les quatre mois à sa place?»

«Là-bas, mon fils va devenir fou! Il n’y a pas moyen que je fasse les quatre mois à sa place?»

Quand des mômes commettent des délits, c’est la justice des mineurs qui s’y colle. Une justice ad hoc qui, sans laxisme, a davantage vocation à éduquer qu’à punir. Un cap dur à tenir.

Quelle liberté d’expression des profs sur les réseaux sociaux?

Quelle liberté d’expression des profs sur les réseaux sociaux?

Il faut se méfier de celles et ceux qui voudraient nous faire croire que les profs ne sont pas censés avoir d’opinion sur ce qui se passe dans l’Éducation nationale.

«Mon père alcoolique et moi», dans les coulisses de l’alcoolisme parental

«Mon père alcoolique et moi», dans les coulisses de l’alcoolisme parental

Dans un manga autobiographique qui déchire le coeur, Mariko Kikuchi explique comment l'alcoolisme de son père a détruit plusieurs vies.

Newsletters