Égalités

La campagne choc d'Amnesty International

Temps de lecture : 2 min

Amnesty international Belgique a lancé une campagne contre le viol assez frappante: en forme de test d'audition. Pour savoir si vous êtes capables d'entendre, quand une femme dit non.

La campagne fait référence à l'idée, part intégrante de la culture du viol, qu'une femme qui dit non ne pense pas toujours non, que parfois elle joue un jeu, que parfois elle veut dire oui. Ce que beaucoup d'individus croient:

Sauf que non, c'est non. Dans le doute, plutôt que de violer quelqu'un, s'abstenir.

Comme le rappelle le génial Louis C.K. dans un sketch non moins génial où il a un rendez-vous avec une fille, qu'ils se retrouvent à l'hôtel et que deux fois il met sa main sur ses fesses et deux fois elle le repousse. Il ne se passe rien. Le lendemain, elle l'interroge:

«Pourquoi est-ce qu'il ne s'est rien passé hier soir?»

Il lui dit qu'il avait l'impression qu'elle ne voulait pas. Quand elle lui dit que si, elle voulait qu'il y aille, qu'il ait l'air brutal et dangereux, il lui répond:

«Tu pensais sérieusement que j'allais juste te violer parce que j'avais une chance que peut-être ce soit ton trip?»

La campagne d'Amnesty a été lancée en Belgique à la suite d'un sondage réalisé en janvier 2014 auprès de 2.000 Belges qui aboutissait à ces résultats:

• 56% des Belges connaissent au moins une victime de violences sexuelles graves

• 24,9% des femmes ont été ou sont exposées à des relations sexuelles forcées par leur partenaire/conjoint.

• 7% des femmes ont été victimes de relations sexuelles imposées par leur supérieur hiérarchique

• 24,4% des femmes victimes de violences sexuelles banalisent ces violences: c’est-à-dire qu’elles ne les considèrent pas ou plus comme «graves» ni «très graves».

En France chaque heure, près de 9 personnes sont violées, soit 205 viols par jour. Le nombre de viols est évalué à 75.000 par an en France, dont seulement 10.885 déclarés. Les tentatives de viols: 198.000.

Newsletters

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

Où sont les vieilles? Comment apprivoiser le vieillissement si mon corps à venir n'existe nulle part?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les trolls en ligne qualifient les femmes de sournoises, mentalement instables, diaboliques, ennuyeuses ou en quête d'attention.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio