Sports

Les San Antonio Spurs ont battu un record de réussite au tir, en finale NBA

Temps de lecture : 2 min

Gregg Popovich, l'entraîneur des Spurs, entouré de ses joueurs à la fin du sixième match des NBA Finals 2013, le 18 juin. REUTERS/Joe Skipper
Gregg Popovich, l'entraîneur des Spurs, entouré de ses joueurs à la fin du sixième match des NBA Finals 2013, le 18 juin. REUTERS/Joe Skipper

Il y a des soirs comme ça, où tout rentre.

Pour les San Antonio Spurs, c’était lors de la première mi-temps du Match 3 des Finales NBA, face au Miami Heat. Après 24 minutes, la messe était quasiment déjà dite. Les Texans étaient devant de 21 points à la pause (71-50). Ils mènent désormais la série 2-1, après cette large victoire (111-92).

Les coéquipiers de Tony Parker ont atteint un pourcentage de 75,8% de shoots réussis en première mi-temps. Le record précédent était de 75% en 2009, lors de la finale entre les Magics d’Orlando et les Los Angeles Lakers.

Pour une fois, le joueur plus impressionnant dans ce match n'a pas été Tim Duncan, Tony Parker, ou le «King» LeBron James. Non, c'était l’adversaire direct de ce dernier, l’arrière Kawhi Leonard, comme le souligne Deadspin:

«Il a commencé le match avec un 6 sur 6, avant de rater un trois-point. Il a fini la mi-temps avec 18 points. Danny Green était à 100% à la mi-temps avec un 100% de réussite. A un moment dans le deuxième quart, les Spurs shootaient à 90,5%. Oui, sérieusement.»

Du coup, c’était difficile pour Miami, même avec un bon LeBron James (22 points, 5 rebonds, 5 interceptions). Comme le raconte Olivier Pheulpin dans l’Equipe:

«Les fans du Heat sont partis avant la fin.»

En attendant une nouvelle revanche, lors du Match 4?

Grégor Brandy Journaliste

Newsletters

Ne montera plus au sommet de l'Everest qui veut

Ne montera plus au sommet de l'Everest qui veut

Avec 11 victimes lors de la dernière saison, le Népal est contraint de revoir les normes d'accès au site.

Kamaishi, la ville japonaise sauvée par le rugby

Kamaishi, la ville japonaise sauvée par le rugby

En 2011, frappée par le tsunami, la cité a tout perdu, sauf son amour du ballon ovale. En septembre, elle accueillera deux matchs de la Coupe du monde.

 Mathias Coureur, footballeur et globe-trotteur

Mathias Coureur, footballeur et globe-trotteur

Du FC Nantes au Seongnam FC en Corée du Sud, ce joueur originaire de la Martinique s'est frotté aux différences culturelles au fil des clubs avec lesquels il a signé.

Newsletters